Les petits trucs des voyageurs – Vol.3 L’équipement

18 Dec

Vous sentez ? mais si, ….ça sent le départ, les vacances. Et Nous allons vous aider à mieux appréhender cela lorsque vous allez partir pour la grande aventure. Quelques petits trucs de routard, quoi !

R0481345-10Vous n’imaginez peut être pas vous séparer de votre précieux smartphone ou de votre tablette. Mais pensez qu’il faudra aussi transporter des chargeurs, des adaptateurs, etc. Si en plus vous faites plusieurs pays n’ayant pas les mêmes standards, c’est la catastrophe. Plus c’est standard, mieux c’est. Prenez une prise d’adaptation multistandard et une petite prise multiple, par exemple. Comme ça, quand vous découvrirez que l’unique prise de la chambre sert déjà à la climatisation et à la lampe de chevet, vous saurez réagir. Sinon, vous avez aussi des batteries additionnelles universelles pour recharger GPS, Smartphone, Tablette si vous savez que vous ne verrez aucune prise électrique pendant plus de 24h.

Pour le téléphone, même si les opérateurs sont un peu plus généreux qu’avant sur le forfait voix à l’étranger (merci…l’Europe), il vaut mieux vous renseigner avant sur le tarif …. et valider les dernières conditions de vente sur le site de l’opérateur. Autre solution, prendre une carte SIM du pays où vous vous rendez car il n’y a parfois aucun accord entre opérateurs. Avant, il faudra juste vous assurer que votre téléphone est débloqué pour changer d’opérateur. Attention, pour certaines marques, c’est très compliqué et long à obtenir de l’opérateur. Au pire, il vous en coutera une dizaine d’euros auprès de spécialistes.

Pour vos clés, vous veillerez à les garder sur vous pendant tout le voyage dans une discrète poche intérieure de votre sac ou mieux encore….sur vous. Une poche fermée en toute circonstance, évidemment. Mais pour vos papiers, il vaut mieux les garder au plus près de vous, dans une petite pochette sous vos vêtements. Pensez à photocopier voir numériser cela pour pouvoir y accéder en cas de pépin mais attention à ne pas les laisser trainer sur n’importe quel hébergement. Avec tous les nuages de données disponible, cela paraît simple….Encore faut-il que le nuage passe dans le pays où vous allez, et ne pas les perdre. Là aussi, renseignez vous auprès d’autres voyageurs ou de contacts locaux. Ce qui vaut pour les papiers, vaut aussi pour les réservations d’avion et d’hotel. Cela évite toujours de perdre du temps à l’aéroport. Si vous pouvez faire l’enregistrement en ligne, ne vous en privez pas. Vous gagnerez une demi-heure de fil d’attente dans les aéroports les moins bien organisés. Ces petits gains de temps ajoutés seront autant de temps à passer sur votre lieu de vacances. Enfin, renseignez vous sur l’heure minimale d’enregistrement / dépot des bagages. Cela évite, au retour, une trop longue attente à l’aéroport, pas toujours prévu pour l’accueil avant la douane.

 

De l’Eugènisme au Transhumanisme

16 Dec

Le Transhumanisme est un des mouvements de pensée “à la mode” dans la recherche et la philosophie. Voilà de quoi revenir aux sources de cette pensée, en connaître  les courants et les dérives.

Le Transhumanisme, c’est l’amélioration de la vie humaine par la raison, la science et la technologie. Cela consiste donc à contrer la pauvreté, la maladie, les handicaps mais aussi à améliorer les capacités humaines. La recherche génétique et son pendant la thérapie génique est à intégrer dans le transhumanisme. Mais on peut aussi y intégrer la cyberbiologie et la nanomédecine. Le transhumanisme se retrouve donc confronté avec les problèmes d’éthiques de ces sciences.

Si actuellement le transhumanisme est mis en avant, c’est justement que les grandes figures de la Silicon Valley s’investissent dans le secteur. Bill Gates a beaucoup de projets d’amélioration de la vie à travers sa fondation. Google investit dans les lentilles, et autres périphériques directement connectés à l’humain. Steve Jobs n’était pas insensible non plus à cette philosophie de vie à travers ses produits et projets. Lorsque Facebook rachète le périphérique de réalité virtuelle Oculus Rift, ce n’est pas non plus sans arrière pensée. Si l’aspect “humaniste” de tout cela est mis en avant, notamment par Bill Gates, cela n’est pas sans rappelé un autre courant de pensée qui a été très prisé des grands de ce monde à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle : L’Eugènisme.

Histoire de l’Eugènisme

Au début de la théorie de l’eugènisme, il s’agissait aussi d’améliorer l’humain pour le faire tendre  vers un “idéal” génétique, comme lorsque l’on pratique une sélection sur les espèces végétales et animales. Souvenons nous que les espèces florales que nous admirons dans nos jardins sont le fruit de sélections pour tendre vers l’idéal du jardinier : couleur, forme mais aussi résistance aux climats et parasites. Nous avons également fait des sélections sur les chiens, chats, chevaux, vaches….. Il était donc logique que cela débouche à une sélection sur l’humain mais à ce moment l’éthique est venu contraindre le mouvement eugénique. Darwin avait démontré par sa théorie l’évolution des espèces et son cousin Galton allait mettre les bases de l’eugènisme dès 1883. Entre vision conservatrice (sélection forcée ou Eugènisme Négatif) et libérale (élimination “naturelle” ou Eugènisme Positif) , l’eugènisme a évolué et a trouvé de grands partisans au début du 20ème siècle, comme Henry Ford ou John D Rockefeller. On parle alors de préservation des races, des lignées, mais aussi de dégénérescence. Cette peur de la dégénérescence n’est elle pas encore de retour dans nos sociétés comme on a pu le voir pendant le débat autour du “mariage pour tous” ?

Cela aboutit à l’internement et à l’élimination des déficients mentaux et d’autres dérives dans la sélection autant en Angleterre, qu’en Irlande. Il s’agit alors de se débarasser des basses castes et autres parias de la société. La théorie raciale de l’époque établissait évidemment une supériorité de la race blanche sur les autres. L’eugènisme rencontra de grands partisans en France (Paul Doumer) tempérés par des visions sociales. Les lois eugèniques trouvèrent leur terreau aux Etats-Unis dès 1907 où l’on pratiqua la stérilisation des criminels et “malades” (la notion était alors très variable, de l’épileptique à l’alcoolique en passant par l’homosexuel) en Indiana. Ces lois continuèrent à avoir cours dans plus de 30 états en 1950 et même jusqu’en 1972 en Virginie. La promotion de l’eugènisme étant assurée par de grandes fortunes internationales, cela se propagea aussi dans des milieux scientiques en Allemagne où une loi sur la stérilisation fut votée en 1933 (soit à l’arrivée d’un certain Adolf Hitler). Et en étendant la théorie eugènique à la sélection raciale, nous connaissons la dérive qui eut lieu par la suite….

Des racines communes pour des dérives similaires ?

Transhumanisme et Eugènisme partent donc d’une volonté d’amélioration des conditions de vie humaine. Mais le transhumanisme ne parle plus d’une sélection raciale, ayant une vision plus globale de l’humain. Dans les deux cas, il s’agit aussi pour l’homme de jouer à “dieu”, critique balayée par les promoteurs de ce courant de pensée comme un archaisme et une pudibonderie d’un autre temps. Comme pour l’eugènisme, il y a un transhumanisme négatif et contraint qui voudrait imposer la technologie et un transhumanisme positif qui suppose l’adoption “naturelle” de cette technologie du fait de l’intelligence humaine. Alors que nous sommes seulement au début de la propagation de cette pensée transhumaniste, n’est il pas utile de comprendre les dérives de l’eugènisme pour prévoir les dérives du transhumanisme ?

Prenons l’exemple du dernier livre de Dan Brown (qui a décidément un don pour trouver les bons filons) : Inferno. Il en montre habilement une dérive perverse : La création d’un virus qui se chargerait de la sélection et de la réduction de la population humaine pour son propre “bien”. Car si le transhumanisme vise à l’amélioration de la condition humaine, pour certains, l’humain est son propre ennemi, mettant en danger la survie de la planète où il se trouve. Autre exemple très connu dans la science fiction et le cyberpunk : Une société ultralibérale où la sélection se fait par l’argent. Les riches peuvent se payer les meilleures améliorations pour survivre et les pauvres sont corvéables à merci. Même Hollywood s’est emparé de ce genre de théorie récemment à travers des films comme Le Transperceneige ou Elysium. Quand on voit les premiers objets bioconnectés à des smartphones luxueux, on ne peut que constater les premières dérives de l’amélioration humaine.

Le défi de demain ?

Le défi de demain est de mettre en place une éthique efficace pour ne pas aboutir à ces dérives et de se souvenir de l’histoire. Cela ne veut, bien entendu, pas dire suspendre tout progrès. Et comme sujet périphérique, le développement scientifique de l’homme ne doit pas non plus se couper de son environnement biologique et animal. Après les dégats de la sélection génétique sur les animaux domestiques et d’élevage, il faut garder à l’esprit que l’humain n’est qu’un animal comme les autres, pièce essentielle d’un fragile équilibre pour la survie de bien plus qu’une espèce : La planète.

La Playlist de la semaine – Vol.27

14 Dec

Histozic propose chaque semaine 2 ou 3 albums en chronique. Cette semaine les heureux élus sont :

Each week, Histozic do 2 or 3 musical reviews. This week the winners are :

AC/DC : Retour à un plaisir simple avec le nouveau Rock or Bust / A simple pleasure with Rock or Bust

https://hebdozic.wordpress.com/2014/12/08/acdc-rock-or-bust/

 

 

 

Six Miles Wide : Un nouveau groupe Rock espagnol / A new spanish rock band

https://hebdozic.wordpress.com/2014/12/10/a-suivre-six-miles-wide/

 

 

 

ZAZ : A la découverte de Paris, d’aujourd’hui et d’hier / A travel in Paris, from Yesterday and Today

https://hebdozic.wordpress.com/2014/12/12/zaz-paris/

 

 

 

Un jardin d’été : Le lac Hoàn Kiếm à Hanoi

13 Dec

Mon jardin d’été est très lointain. Il se situe dans le centre historique de la ville d’Hanoi au Vietnam. Pourquoi ce choix ?

Ce n’est pas véritablement un parc comme peut l’être le Central Park de New York mais c’est un lieu de respiration dans le brouhaha de la ville. N’y espérez pas de silence mais juste le calme du décor, la quiétude de l’eau du lac. Mais ce lac recelle quelques secrets. Symbole de la ville, la petite ile en son centre est surmontée d’une minuscule pagode baptisée pagode de la tortue. Le secret du lac est justement qu’il est peuplée par une des toutes dernières tortue géante à carapace molle. Cet animal légendaire serait le gardien de l’épée magique du roi Lê Loi.

Rùa_Đồng_MôLa “rafetus swinhoei” comme l’appelle les scientifiques existe aussi en Chine et fait partie des espèces en voie d’extinction. Les efforts pour les faire se reproduire se sont révélés infructueux jusqu’à présent. La tortue du lac Hoan Kiem a du être soignée en 2011 lors d’une opération particulièrement médiatique qui permis aussi de parler de la sauvegarde de l’espèce dans tout le pays.

Tenter de la voir est donc l’une des raisons de rester assis sur les nombreux bancs qui parsèment le pourtour du lac. Rendez-vous des amoureux, décor pour les photos de mariage, le lac est aussi le théatre du feu d’artifice du nouvel an où 3 scènes sont installés à proximité pour des spectacles de chant et danse. Au nord, on trouve le vieux quartier des 36 rues tandis qu’au Sud se trouvent les quartiers plus modernes. Sur l’est, on trouve des esplanades où les jeunes viennent jouer le soir venu, après l’école. Une buvette, quelques marchands ambulants sont présents pour étancher sa soif. On peut y diner sur la berge dans les jolis restaurants qui s’illuminent la nuit. On peut y prier dans la grande pagode reliée par une passerelle au nord est. Et, à l’image de la capitale du nord, l’exhubérance n’est pas de mise ici. Hoàn Kiếm a ce charme discret, se dévoilant à celui qui prend le temps de vivre à son rythme.

Image

The thin blue line

12 Dec

DSC_3453

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 487 other followers

%d bloggers like this: