La Conjuration Primitive de Maxime Chattam

25 Nov

Il fait parti des meilleurs vendeurs de livres depuis quelques années. De la littérature populaire entre polars et horreur et qui en fait un peu l’équivalent des Stephen King ou Thomas Harris. Ce qui aurait tendance à faire fuir des lecteurs ?

De tous temps, il y a eu une place pour la littérature de distraction, autrefois feuilletonnées, maintenant numérisée, mais qu’importe le support. Maxime Chattam n’a jamais eu d’autres ambitions que cela et si c’est ce “Conjuration Primitive” qui est choisi pour en parler, ce n’est pas un hasard. Voici comment l’histoire nous est vendue :

“Et si seul le Mal pouvait combattre le Mal ?
Une véritable épidémie de meurtres ravage la France. Plus que des rituels, les scènes de crimes sont un langage. Et les morts semblent se répondre d’un endroit à l’autre. Plusieurs tueurs sont-ils à l’œuvre ? Se connaissent-ils ? Et si c’était un jeu ?
Mais très vite, l’hexagone ne leur suffit plus :
l’Europe entière devient l’enjeu de leur monstrueuse compétition. Pour essayer de mettre fin à cette escalade dans l’horreur, une brigade de gendarmerie pas tout à fait comme les autres et un célèbre profiler, appelé en renfort pour tenter de comprendre. De Paris à Québec en passant par la Pologne et l’Ecosse, Maxime Chattam nous plonge dans cette terrifiante Conjuration primitive, qui explore les pires déviances de la nature humaine.”

Il s’agit encore d’une histoire de tueurs en série, d’angoisse et de peurs primaires qui pourtant parviennent à captiver le lecteur. Qu’est-ce qui permet pourtant à Chattam de sortir du lot dans toutes les sorties du genre? Il y a tout d’abord une précision sur les méthodes et les descriptions qu’il alimente par son expérience de la criminologie. Ensuite, il a une manière très cinématographique de scénariser son récit avec parfois des “angles de vue” originaux dans les scènes d’action. C’est cela qui parvient à briser la monotonie du polar et l’aspect course poursuite entre le/les tueurs et les enquêteurs. Et puis, Chattam glisse des références historiques inattendues, des clin d’oeils. Sur celui-ci, le fil rouge du récit nécessiterait un livre à lui tout seul.

Mais tout n’est pas parfait chez Chattam. Son style reste inégal, entre de superbes descriptions de scènes et des successions de banalités évitables. Il en faut pour tous les goûts certainement et cela aurait alourdi son récit. Coté clin d’oeil, on sent que l’auteur s’amuse, comme lorsqu’il choisit le nom de victimes, les Emmecysse, avec une tirade en référence à l’arrivée de son épouse Faustine Bollaert sur la chaine M6. Mais cela brise l’ambiance prenante et pesante de l’histoire. On lui pardonnera pour cette fois. On lui pardonne moins les conclusions faciles, les héros invincibles face à une horde d’ennemis semblables à des zombies. C’est une constante chez lui de reprendre des légendes urbaines, des lieux communs de l’horreur et il n’y manque d’ailleurs pas dans la suite des aventures de ces héros, La Patience du Diable. Mais ça, c’est une autre histoire.

ISBN : 222624140X – Éditeur : Albin Michel (2012)

 

La Playlist de la semaine – Vol.24

23 Nov

Histozic propose chaque semaine 2 ou 3 albums en chronique. Cette semaine les heureux élus sont :

Each week, Histozic do 2 or 3 musical reviews. This week the winners are :

Empty Hearts : Un super groupe pour les fans de Blondie, The Cars / A supergroup for fans of Blondie, The Cars…

http://hebdozic.wordpress.com/2014/11/17/the-empty-hearts-the-empty-hearts/

 

 

 

Spiders : Le rock venu de Suède / Rock from Sweden

http://hebdozic.wordpress.com/2014/11/19/a-suivre-spiders/

 

 

 

 

 

Akira Kosemura : Une douceur zen / A zen sweetness

http://hebdozic.wordpress.com/2014/11/21/a-suivre-akira-kosemura/

 

Android : Dandy long legs

22 Nov

wpid-wp-1411913255586.pngEt voilà encore un petit jeu minimaliste et énervant.

Quel développeur tordu a encore pu créer un truc pareil. Une créature cubique munie de longues jambes n’attend que vous pour être déplacée. Pour cela, il suffit de tapoter sur l’écran pour rythmer ses pas : jambe droite, jambe gauche, etc.

Sauf qu’ici, le moteur physique est très étrange et comprendre la part de hasard qu’il y a pour faire progresser notre animal est long et fastidieux. Et pourtant, on se prend au jeu et on essaye d’améliorer son score et comprendre comment certains ont pu faire des centaines de mètres avec cette méthode.

Gratuit chez les vendeurs de bigdata.

And here’s a little annoying minimalist game.What crooked developer has been able to create such a thing. A fitted long legs cubic creature just waiting for you to be moved. To do this, simply tap the screen to punctuate his steps: right leg, left leg, etc.

Except here, the physics engine is very strange and to understand the element of chance that there is to move our animal is long and tedious. And yet the game is interesting and you’ll wonder to improve your score and understand how some could make hundreds of meters with this method.

Free at Big Data vendors.

New york melody – Begin again

20 Nov

Traduction de mon article d’Unidivers

beginagainNot helped by its summer release, New York Melody deserves a little better than anonymity. Sold as a pure romantic comedy ,  it distilled much more than the clichés of the genre.

If you are a man and usually go on your way to the mere  mention of Sleepless in Seattle and When Harry Met Sally (the famous Ephronian diptych), stay a few minutes here to read us. If you love the city of New York, you will be happy. Begin Again meets a depressed Mark Ruffalo (Zodiac, Hulk)  and Keira Knightley (Love Actually, Pirates of the Caribbean)  as asinger. As the title suggests, we are immersed in the world of music with Maroon 5 in (the group of pop-rock for people who do not follow). Ruffalo is a music producer adrift while Keira Knightley is an amateur musician, dumped by her boyfriend who became English superstar. And the meeting of the two will give …. an album.

Do not expect us to tell you the end. The film is full of surprises, twists and lot of  well found supporting characters.  Director John Carney, former bassist of The Frames and Irish director (Once, Zonad) is perfect for that. No wonder with such a curriculum, a true love of music and musicians is felt. The script is not only a love story but addresses both the world of music production, uprooted people in a big city like New York and some peripheral topics. All this gives us a nice surprise film, a breath of fresh air in a summer that does not yet missing.

Le meilleur Café du monde – The Best Coffee in the World

18 Nov

On parle souvent de cafés d’amérique centrale ou du sud comme étant parmi les meilleurs café au monde. Mais qui a gouté une fois le café vietnamien, pourrait vous faire changer d’avis.

unfrancaisauvietnam.com

On le sait peu, le Vietnam est parmi les 3 premiers producteurs au monde (le premier en 2012) de café, notamment de robusta. La culture du café est arrivée avec la colonisation française et n’a cessé de se développer depuis. Il est servi chaud dans un verre surmonté d’une petite coupelle où l’on place la poudre et l’eau chaude, ou bien refroidi et glacé. Continue reading

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 483 other followers

%d bloggers like this: