L’opportunisme journalistique version DSK

17 Jun

Raphaëlle Bacqué et Arianne Chemin sortent un livre sur les “Strauss-Kahn”, à savoir ce couple sulfureux qui a fait vendre tant de papier. Voilà un livre pour le moins opportuniste qui voudrait faire oublier que ces deux journalistes ont longtemps  préféré ne rien dire sur tout ce qu’elles dévoilent maintenant.

Comme le dévoile le journal Le Soir, le livre dévoile plus sur le clan DSK que sur le couple proprement dit. Toutes ces histoires autour de DSK sortent d’un seul coup, maintenant que l’homme est à terre, alors que l’on cite des dialogues, des entrevues antérieures à 2011. Quel courage !

Le Nouvel Observateur publie à l’été 2003 un article explosif. Un journaliste de l’hebdo s’est alors lui-même immiscé dans une boîte échangiste pour y décrire par le menu les agissements d’« un ministre ». Panique de Khiroun (un proche de DSK) qui pense que le nom de son mentor va être dévoilé. Il bondit au siège du journal pour obtenir un exemplaire avant parution.

Madame Bacqué (une des rares femmes invitées dans C dans l’Air, tiens…) et Madame Chemin n’en sont pas à leur coup d’essai puisqu’elles avaient suivi Ségolène Royale dans la “Femme Fatale” en 2007. Pas de chance, elles avaient déjà choisi le mauvais cheval. Le présent ouvrage aurait donc dû être le suivi de la campagne de DSK. Catastrophe, le candidat est disqualifié et il y a déjà du monde sur le remplaçant, François Hollande. Il faut donc trouver un nouvel angle “vendeur” : Le sexe, ça marche bien et l’éditeur attend la livraison pour après les élections. Les revoilà partie dans une entreprise de démystification de la stratégie de communication…. et en même temps dans une stratégie de communication pour vendre du papier et ne pas dévoiler grand chose au final. Le Point et Le Monde sont les armes de cette stratégie marketing.

Une autre mystification que ce lien très étroit entre journalistes et pouvoir dont Madame Bacqué est friante. Elle a ses entrée au Siècle, haut lieu du pouvoir, comme le montre cet article en 2007. Elle fait croire qu’elle dévoile les dessous mais toujours lorsqu’on l’y autorise gentiment. La critique est alors facile lorsqu’elle fait déjà l’objet d’une censure : Une drôle de conception du métier que l’on rencontre de plus en plus au Monde, au Nouvel Obs ou au Figaro, à moins de vouloir être vite grillé dans le métier.

Autant dire que ce livre n’apporte rien à l’information, à la politique et ne réhaussera pas la réputation de ses auteurs, déjà bien écornée par les plus informés des lecteurs férus de politique. Bref : Ne l’achetez pas, il y a plus pratique pour caler une table !

About these ads

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 474 other followers

%d bloggers like this: