Du sport

15 Aug

Durant cet été, place a été donnée au Sport… Enfin, c’est ce que l’on croit car de tout coté, les valeurs du sport sont attaquées.

Autrefois chantre du sport amateur, les Jeux Olympiques sont aujourd’hui une vaste entreprise commerciale, asservissant les pays organisateurs par la puissance de leurs sponsors officiels et leurs propres règles supra-nationales. Si les origines de l’olympisme sont plutôt martiales et discriminatoires (pas d’esclaves ou de femmes), il fut un temps où le sport avait réussi à prendre un peu le pas sur la politique. Mais pas dans l’olympisme qui a vite instrumentalisé le sport comme outil politique, à l’image de son utilisation dans la grèce antique, d’ailleurs.

On pense évidemment aux jeux de 36 en Allemagne, aux jeux de 80 et 84 en URSS et aux USA, mais aussi à l’attentat de 72 à Munich. Mais aujourd’hui encore, il faut y voir un nationalisme exacerbé comme en 2008 avec la revanche de la Chine sur le monde et un record de médaille. Cette année, c’est le retour des USA au sommet et les candidats aux élections US ont vite fait de s’emparer de la réussite de leurs athlètes, comme certains maires pour nos athlètes français, même si la réussite de ceux-ci ne doit rien aux politiques. Depuis quelques années, on voit aussi systématiquement les athlètes brandir leur drapeau. C’est toujours mieux que la bannière d’un laboratoire ou d’un équipementier et cela donne parfois de belles images entre deux pays réputés ennemis. Mais on peut s’interroger sur la portée du geste.

La portée d’un geste et la symbolique, ces deux termes sont au coeur de la polémique franco-française du moment après que nos valeureux handballeurs, symbole du collectif exemplaire sur le terrain, aient détruit le studio de l’équipe TV. Oui, l’équipe, ce journal sportif de référence devenu depuis sa reprise par Amaury, un tabloid du sport, mettant tantôt de l’huile sur le feu pour se débarrasser de ceux qu’ils n’aiment pas (affaires des vestiaires du foot) et fermant les yeux sur le dopage quand ça les arrangent sur les épreuves organisées par … Amaury sport organisation. L’équipe avait donc descendu en flamme Claude Onesta, l’entraîneur de l’équipe de Hand, lors de la défaite à l’Euro. Et les voilà qui ont vite retourné leur veste quand la victoire est revenue, comme pour Aymé Jacquet en 98 d’ailleurs. Sauf que Onesta n’est pas le gentil et consensuel Jacquet et garde une certaine amertume contre le quotidien,… La profession journalistique défend le quotidien au nom de la liberté de la presse mais quand on donne des coups, en sport, il faut accepter d’en recevoir. Alors bien sur, l’image des handballeurs est écornée mais si on regarde les 3ème mi-temps des équipes de sport-co victorieuses, ce n’est pas du haut niveau culturel ni un exemple de retenue, avouons le. Curieux que l’Equipe n’ait pas encore fait une Une là dessus sur une équipe qu’ils ne pourraient pas pifrer. Beaucoup de bruit pour rien et encore de la pub pour le quotidien, en plus, qui n’est plus le quotidien de tous les sports, mais juste de ceux qui font du fric.

Mais pour revenir au sport, Le mouvement olympique serait bien inspiré de se réformer pour mettre fin à la corruption ambiante de son comité de sélection et à l’escalade des nationalismes. Ainsi, pourquoi ne pas faire entrer tous les athlètes sans drapeaux, ensemble, de manière fraternelle, comme une grande fête du sport. Pourquoi aussi ne pas limiter le nombre d’épreuves par sport avec des abus manifestes du nombre de disciplines pour la natation (et encore on n’a pas droit à la variante petit bassin de chaque distance et pour chaque type de nage), le kayak en ligne ou la voile, par exemple. Pourquoi aussi ne pas radier TOUS les athlètes ayant avouer s’être dopé ou ceux dont on a la preuve qu’ils ont été dopés ? La permissivité sur les athlètes américains est problématique et crée encore des tensions entre fédérations.

Le professionnalisme du sport l’éloigne chaque jour de la normalité. Si l’esprit de compétition et la course à la performance et à l’amélioration est une chose, mettre en danger la santé en est une autre et combien de ses athlètes pourront profiter de leurs vieux jours sans ressentir les séquelles de leur pratique sportive. Il n’y a qu’à voir le nombre de blessures lors des préparations aux JO et lors des épreuves, comme celle de ce triple sauteur dont la rotule a sauté à la réception du deuxième bond…. Le sport est bon pour la santé, jusqu’à certaines limites qui ne sont pas les mêmes selon les individus; Des limites que l’ont repousse soi même pour l’argent, une gloire éphémère ou une reconnaissance politique parfois.

Du sport, il en a été finalement peu question, comme lors des retransmissions de France TV (c’est valable aussi pour d’autres pays) où l’on préfère montrer un podium français en direct plutôt qu’une épreuve méconnue et pourtant pleine d’enjeu. Il y a ainsi peu de chance de voir la France s’améliorer dans le hockey sur gazon ou encore le ball trap si l’on ne prend pas le temps de passer cela avec un minimum d’explication. Mais il tient aussi aux organisateurs de respecter l’équité des sports en terme de place médiatique et de ne pas sacrifier des épreuves en les décalant aux heures de grande écoute, peu favorables aux rythme de vie des athlètes.

Allez, vive le sport, sur Icezine

About these ads

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 485 other followers

%d bloggers like this: