Monde : Du droit à avoir la dissuasion nucléaire…


A l’heure où l’Iran est montrée du doigt pour avoir un programme nucléaire militaire, il faut s’interroger sur le droit des pays « émergents » à avoir cette arme de dissuasion dans un monde en profonde mutation, et les risques de cette arme.

Actuellement, l’état des lieux sur les armes nucléaires actives est le suivant :

  • la Russie : 5 830 têtes nucléaires actives (et bien plus non actives)
  • les États-Unis : 5 113 têtes nucléaires actives
  • la France : un peu plus de 300 têtes actives
  • le Royaume-Uni : environ 200 têtes actives.
  • la République populaire de Chine : environ 150 têtes actives
  • L’Inde : environ 50 têtes actives (Non signataire du traité de non prolifération TNP )
  • Le Pakistan : environ 50 têtes actives (Non signataire du TNP)
  • la Corée du nord : environ 10 têtes actives
  • Israel : Nombre estimé à une centaine au minimum mais non vérifié (Non signataire du TNP)

Parallèlement à cela, des pays sont « soupçonnés » de vouloir se doter de cette arme :

  • Le Brésil
  • L’Iran

La Syrie, l’Afrique du Sud, l’Arabie Saoudite, l’Irak ont eu l’intention de s’en doter mais ont arrété ces programmes.

On voit donc que les membres du conseil de sécurité des Nations-Unies ont l’arme nucléaire et essaient de limiter l’utilisation de cette arme à ce cercle. Quels sont les dangers pour les pays la possédant ?

  • La Corée du Nord et la Corée du Sud gardent un contentieux et les derniers incidents datent de 2010. La Corée du Sud est soutenue par les Etats-unis.
  • L’Inde et le Pakistan se disputent le Cachemire. La zone est aussi l’objet de tension avec le risque Taliban au Pakistan qui pourrait aboutir à un coup d’état.
  • Si Israel n’a jamais avoué posséder cette arme directement, la fuite des cerveaux russes du domaine en Israel ainsi que le besoin de s’affirmer comme une puissance militaire forte peuvent laisser penser que ce pays possède des armes dans ce domaine. Aucune enquète de l’AIEA n’a été diligentée récemment malgré des déclarations laissant planer le doute (Shimon Peres en 1998 par exemple). Face à cette hypothèse Israelienne, aucun pays en dehors de l’Iran, n’a de programme nucléaire militaire supposé. Il n’y a donc pas d’équilibre possible contrairement aux autres zones de la planète.
  • Le Brésil pourrait se doter de cette arme afin de peser politiquement dans la zone Amérique du sud. Il n’y a pas de conflit dans cette zone.

Sur le cas Iranien, le président Mahmoud Ahmadinejad joue avec le feu. Vu de l’occident, il passe pour un dictateur aussi dangereux que son homologue nord-coréen. Maniant allégrement la provocation, il veut que l’Iran pèse politiquement dans cette zone surtout face aux Emirats, traditionnellement liés aux Etats-Unis par le pétrole. En s’arrogeant le droit  d’avoir l’arme nucléaire, il joue aussi sur le désir du monde musulman a ne plus dépendre de l’occident et à prendre ses propres décisions. L’Iran n’a évidemment aucun intérêt à entrer dans une guerre, tant nucléaire que « traditionnelle », son économie progressant régulièrement. L’enjeu est véritablement politique, autant qu’il l’est pour le Brésil mais également pour répondre à une menace larvée qu’Israël possède véritablement l’arme nucléaire. Il ne joue pas au même chantage de Kim Jong Il qui négocie des aides à travers sa menace nucléaire.

Accepter que l’Iran dispose de cette arme, c’est accepter un Iran interlocuteur privilégié dans le Moyen Orient et puissance dominante de cette zone. L’Iran d’Ahmadinejad prendrait ainsi une revanche sur l’histoire qui a fait disparaître la grande Perse. Ne pas accepter que l’Iran dispose cette arme, c’est montrer au monde musulman qu’il ne peut disposer de lui même. Ahmadinejad joue de ce piège à dessein. L’AIEA et les Nations-Unies ont tord de se montrer trop sévères avec la seule Iran car cela décrédibilise leur action dans cette zone fragile. En enquêtant à nouveau sur le nucléaire israélien et en se montrant plus sévère sur les résolutions non appliquées par l’état juif, l’AIEA se donnerait les moyens de contrer la politique Iranienne. Mais encore faudrait-il que les Etats-unis acceptent cela.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s