Présidentielle 2012 : Cette élection que l’on nous vole !


Selon plusieurs sondages, 75 à 80% des Français se disent déçus par cette présidentielle 2012. Il faut dire que les sujets nous sont imposés et ne sont pas ceux qui nous préoccupent le plus. Mais pire encore, c’est la bipolarisation à outrance qui pose problème.

Selon des chiffres du CSA et parus dans l’Express, il y a un décalage certain entre les temps de parole. Le collègue Gauche de Combat a présenté et commenté cela.

Mais ces chiffres sont loin de refléter la réalité puisqu’ils ne parlent que de quantité et non de qualité. Or, les candidats les plus petits sont souvent cantonnés à des émissions en 3ème partie de soirée, à des interview vite faites et au rang de faire valoir des deux candidats principaux en fin de soirée d’une grande émission consacrée à la présidentielle. Aussi, il faut pondérer ces chiffres en fonction de l’audience. N’ayant pas eu accès à tous les chiffres de chacune des émissions, nous avons fait une estimation avec le ratio suivant : 100% pour Sarkozy et Hollande, 80% pour Le Pen et Bayrou, 70% pour Melenchon, 50% pour Joly, Lepage, DeVillepin, 40% pour Dupont Aignant, Poutou et Arthaud.

Cela nous donne le tableau suivant : Il est clair que l’accentuation par rapport aux sondages est très nette pour Nicolas Sarkozy et que nous sommes très très loin du pluralisme et de l’équité.

Mais c’est en regardant la répartition globale que c’est encore plus édifiant :

A gauche, il n’y a de place que pour le PS et nous sommes loin d’un équilibre droite/gauche dans le temps de parole. Ce sont les 3/4 du temps de parole qui sont utilisés par le PS et l’UMP et encore sans compter les déplacements officiels du candidat-président ou les apparitions de son épouse dans la presse.

Cette confiscation se fait au détriment des sujets qui préoccupent les français, au détriment par exemple de l’aménagement du territoire, du logement, de l’écologie et l’environnement, de la sécurité (encore que…), de la précarité et de l’emploi. Des thèmes qui sont systématiquement coupés par les intervieweurs lorsqu’un « petit candidat » essaye de le caser pour parler des thèmes imposés par les deux candidats principaux.

Attention car à ce jeu là, le ressentiment se fera non seulement contre les médias mais aussi la classe politique dans son entier avec des dérives vers les extrèmes les plus noirs. Il est temps de rendre cette élection aux électeurs.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s