france

France : La vérité journalistique menacée


Il fallait bien que cela arrive dans cette campagne immonde : Une journaliste a été agressée par plusieurs sympathisants UMP (ça se saurait s’ils étaient courageux…)  lors du rassemblement de quelques dizaines de milliers de personne au Trocadéro. L’UMP fait silence radio sur le sujet pendant que certains chiens de garde du métier ne font aucune différence entre le regard critique que l’on peut porter sur la profession et les agressions physiques.

Mais reparlons déjà du contexte de cet incident : Lors de ce meeting à ciel ouvert, avant que Nicolas Sarkozy ne vienne, les ténors du parti se sont succédés au micro. Jean-François Copé, pour ne citer que lui, s’est illustré par une diatribe violente contre ces journalismes qui raconteraient des mensonges, visant explicitement Mediapart et l’affaire du financement de 2007 par Khadafi. La journaliste agressée était justement de ce média. Si parfois les conclusions de ce journal sont hatives ou biaisées, les preuves qu’ils avancent ne prètent pas à la critique. L’erreur est humaine et le journal ne s’est jamais caché de sa ligne éditoriale. Il n’en est pas de même pour tous les quotidiens dont le soutien partisan est parfois sournois.

Dans 2 films documentaires que nous avons commentés, il était question justement du fait que certains journalistes sont un peu trop proches des milieux d’affaires et du pouvoir. Nous n’appelons pas à une quelconque violence à leur sujet. Lorsque Eva Joly, Jean-Luc Melenchon, François Bayrou ou Marine Le Pen se plaignent du traitement bipartiste de la campagne, les chiffres le prouvent. La manière dont a été traitée Eva Joly est incontestablement différente de celle dont a été traité François Hollande. Mais nous n’avons pas souvenir de journalistes agressés lors de rassemblement des Verts ou du Parti de Gauche. Au pire, c’étaient des refus de s’exprimer et des quolibets fleuris. La dernière véritable agression relatée venait du Front National en janvier 2011. Il faut croire que la radicalité des propos d’un UMP de plus en plus proche de l’extrème droite, a créé les mêmes effets sur les militants.

Cette profession a souvent tendance à se scinder en différentes sous-corporations (éditorialistes en vue, présentateurs télé, journalistes des grands quotidiens…), à prendre de haut, les bloggeurs, journalistes de petits quotidiens ou hebodmadaires locaux… Un exemple récent a été donné par nos confrères d’Unidivers. Elle a du mal à se remettre en cause et avouer la dérive qui consiste à recopier les dépèches des grandes agences de presse pour faire du volume ou à perdre son esprit critique vis à vis des cercles qu’elle cotoie. Mais quand des collègues sont agressés, comme dans des pays où la dictature a cours, il est impératif de le dénoncer le plus vivement. Quand la recherche de la vérité est en danger, les politiques doivent le dénoncer, même si leur propre parti est en cause…. et surtout si !

Nous attendons donc impatiemment les déclarations de l’UMP et de son leader au sujet de cette affaire, d’autant que d’autres journalistes de France Soir ou même du Figaro ont été l’objet de nombreuses insultes lors de ce rassemblement. Cette dérive vers la violence est la marque de la gangrène qui menace notre nation, plus que jamais divisée par 5 années de pouvoir…. mais bien plus en réalité. Quelquesoit le résultat de l’élection de dimanche, il ne faudra pas oublier de soigner ces plaies durablement, le seul moyen étant de sortir d’une crise plus profonde encore que celle de 29. Espérons que nous n’aurons pas les mêmes conséquences.

7 réflexions sur “France : La vérité journalistique menacée

  1. Je viens de lire l’article sur le site de MEDIAPART. Et évidemment je trouve cela scandaleux. Mais le problème est beaucoup plus complexe que le simple constat de dire : Ouep SARKO pousse les gens à faire n’importe quoi, il entretient la haine gratos et j’en passe.
    Car c’est d’abord un problème à plusieurs paliers. En tout premier de crétinerie et des abrutis il y en a partout. Que SARKOZY soit plein de défauts et même des graves c’est incontestable. Qu’il soit content de cela, qu’il l’approuve et qu’il ne le condamne pas je ne peux pas le croire une seule seconde.
    Si des cowboys se pensent le droit de venger le pauvre candidat que MEDIAPART a maltraité ce n’est quand même pas de sa faute. Surtout que contrairement à l’adage populaire, la presse n’est pas pro sarkozyste bien au contraire. Après que ce fait soit la résultant d’une politique ratée ou autres c’est un autre débat pour moi. Le second étage de la fusée est quand même le comportement de la presse à la base. Je veux bien que la plainte soit de dire que le niveau de cette campagne est pitoyable mais qui force la presse à titrer de n’importe quoi, n’importe quand et n’importe comment ?
    Bon on pourrait débattre sur les rapports consanguins entre la presse et le pouvoir mais là on ne va plus s’arrêter. Le troisième point, et il est contestable mais c’est le mien, c’est l’affichage volontaire de sa tribu. Je sais évidemment que l’identité et le média d’appartenance a été une notification faite par le parti organisateur mais quand même : n’est ce pas un peu de la provocation voire de l’inconscience que de se balader en terre hostile avec une pancarte affichant son hostilité envers les présents.
    C’est quasi la même crétinerie que si un supporter marseillais débarquait avec son maillot de l’OM en plein parc des princes. Il devrait avoir le droit de le faire mais comme il ne peut pas pour cause de sécurité et de provocation, ben l’abstention est la mesure la plus sage.
    Après qu’on me dise oui mais là c’est son métier…. Je dis ok mais dans ce cas que l’on soit juste avec toutes les corporations et qu’on me dise s’il est facile de se rendre à une réunion de syndicaliste en étant patron, s’il est possible de se rendre à une réunion de syndic en étant dans l’opposition, s’il est possible de faire tout un tas de trucs dans le genre. Des crétins il y en a partout et il y en aura toujours. Le problème est autant sociétal que psychologique. A lire le traitement de l’affaire, on a l’impression d’avoir affaire au viol subie par la journalise en plein révolution égyptienne. Surtout que bon si on lit le PV d’audition elle a juste été secouée. Encore une fois je ne cautionne pas du tout mais elle n’a pas prit de coup quelconque, juste l’arrachage de son badge.
    C’est un peu confus et bordélique mais c’est une réaction à l’arrache qui rend compte de ma consternation à parler encore et encore de faits qui sont sans la moindre importance par rapport aux vrais enjeux de la campagne.

    1. Et depuis quand un supporter de Marseille ne pourrait il cohabiter avec un supporter adverse. Pour une haine totalement factice entrentenue par des meneurs, des politiques, pour faire un pseudo évènement ? En Rugby, cela se fait sans problème dans le respect sportif. Donc parce qu’on admet ce genre de conneries, la journaliste de mediapart ne peut couvrir l’évenement, celle/celui du figaro ne suivra pas le PS, le FDG..Et pourquoi pas aussi n’envoyer aucun journaliste français dans un pays dont le pouvoir est hostile au gouvernement français C’est un argument avancé par devinez qui à un moment où on libérait un otage?
      Utiliser certains ressorts dans le seul but de conserver le pouvoir, ce n’est pas ça la politique .. ou plutôt si, ça l’est aussi mais doit-on le tolérer ?

  2. Je n’ai pas dis que l’on ne pourrait pas dans l’idéologie mais dans les faits c’est la réalité. Un supporter marseillais avec son maillot au milieu d’une foule de supporter du psg, il en ressort entre très amoché ou mort. Ce n’est pas acceptable néanmoins c’est la réalité de notre société qui me désole autant que toi. Donc en attendant que cela soit possible, si cela l’est un jour, la bonne conscience fait qu’aucun supporter de Marseille ne doit se trouver dans cette situation sauf à ses risques et périls. C’est très dommage mais c’est ainsi. Et là je ne vois pas en quoi faire cela, le cas de la journalisme, aide à conserver le pouvoir puisque à priori c’est le contraire que cela entraine.
    Et puis si tu me lis pas de travers, tu vas pouvoir remarquer que je n’empêche personne de faire quoi que ce soit je réclame juste de la discretion rien de plus ni de moins. Et puis il y a le timing aussi, juste au lendemain d’attaques virulentes… Il faut quand même pas déconner sur le fait que c’est de bon sens dont on cause là et pas d’autre chose. C’est trop facile de jouer l’inconscient et après de se plaindre de son inconscience surtout que l’on parle ici que d’un badge arraché et rien de plus. Encore une fois je ne cautionne pas et je condamne même mais je dis qu’il faut faire attention à ne pas tomber dans le piège du fait divers au détriment de l’essentiel.
    Car Plenel il a beau jeu de se plaindre mais pourquoi ne pousse t’il pas encore plus à fond les fonds pour la campagne et les infirmières bulgares plus le reste des dossiers.

    1. Et justement, il y a des meetings où tous les journalistes peuvent venir sans être molestés, même si ils ont proféré des mensonges/demi-vérités dans leur journal….apparemment, c’est du passé pour certains partis. On attend toujours la réponse du sieur Copé, responsable de ce même parti.

  3. Je ne dis pas que c’est normal. De toute façon le débat est sans fin mais bon je dis juste que c’est un problème de société plus qu’un problème politique. Et ne m’assure pas que des abrutis il n’y en a pas par ailleurs. Je suis sur et certain que si un type arrive à un meeting du parti socialiste ou du front de gauche avec ses habits FNISE OU UMPISE il va se faire tancer plus ou moins gentiment.
    Et si Mougeotte se pointe en ces même lieux le traitement sera identique, il suffit de lire ce qu’il se prend sur les forums de ces partis Et l’agression verable est tout autant condamnable que l’agression physique. Mais encore une fois je ne défend aucune chapelle juste le débat qui est totalement hors sujet sur la vrai problématique et les vrais enjeux

  4. Un problème de société, vraiment ? http://www.telerama.fr/medias/meeting-ump-les-temoignages-de-journalistes-agresses-se-multiplient,81091.php « C’est des pratiques qu’on pouvait rencontrer au FN… mais pas à l’UMP ! Je n’ai jamais vu ça ! », venant d’une candidate UMP accessoirement journaliste.
    Et quand le pli est pris, quand l’effet de groupe commence, on ne sait pas où cela s’arrête !

    et en plus, aujourd’hui, venant d’un journaliste plutôt impartial : « #Sarkozy hargneux s’en prend à une tv (TF1) qui fait un direct pendant son meeting »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s