Présidentielle 2012 : Twitter et la politique


Quelques mois passés sur ce réseau social, qui décole enfin en France,  ont permis de comprendre son utilisation en politique, ses travers, ses apports.

Twitter c’est quoi ? C’est ce qu’on appelle un réseau de microblogging. Limité à 140 caractères, il permet de réagir aux actualités, indiquer ce que l’on fait, mettre des liens vers des pages web, diffuser des photos. Comme les autres réseaux sociaux, il y a des « amis » mais sous un mode différent : on s’abonne (ou follow) le fil d’information des personnes que l’on veut et des personnes s’abonnent à notre fil d’information. On les appelle les « followers » ou abonnés en français.

Pour la politique française, rares sont les personnalités de premier plan à twitter elles même. On peut les diviser en trois catégories :

  • Celles qui utilisent twitter pour donner des informations sur leurs présences futures en recopiant ce qu’elles mettent sur Google +, Facebook ou sur leurs sites. Ce sont souvent leurs assistants ou équipe web qui s’en occupent et c’est particulièrement inintéressant à suivre sur twitter puisque ce n’est pas dans l’esprit « live » de l’outil. Mais c’est aussi la catégorie majoritaire. Parfois, l’équipe web se permet de livetwitter (TL) les discours des meetings en mettant ce qu’elle juge être le meilleur extrait. Là aussi, c’est rarement intéressant car très langue de bois.
  • Celles qui utilisent personnellement twitter pour dire tout et n’importe quoi, comme n’importe quel utilisateur de Twitter. Certaines disent beaucoup de n’importe quoi d’ailleurs avec des éléments de leur vie personnelle, pensant sans doute que cela intéresse le follower ou la rend plus « proche » de ses électeurs. C’est le cas par exemple de Cécile Duflot d’EELV, une des rares à être très accro à Twitter, ou bien encore d’Eric Besson même si la manière est différente. D’autres le sont d’une manière différente, ne pouvant s’empécher de tout commenter de leurs adversaires, au risque d’aller dans la caricature. Il y a bien sur la célèbre Nadine Morano mais aussi de bons petits soldats comme Benjamin Lancar qui répète à l’envie les messages de l’UMP. Mais si Nadine Morano répond à ses détracteurs, c’est rarement le cas de ces personnalités.
  • Celles qui utilisent twitter modérément pour mettre en lumière une information particulière, pour faire un bon mot, caser une bonne phrase. Il y en a quelques unes, rares, du coté du PS, d’EELV par exemple. Ce sont bien souvent les plus intéressants mais noyés dans la masse, il est difficile de les repérer.

Car Twitter, c’est le royaume de la petite phrase, du bon mot. C’est ce qui fait aussi que les journalistes politiques y sont légions, à l’affut de petites informations de la part de ceux qui twittent réellement mais aussi pour sortir eux même des informations des coulisses et ainsi se faire un peu de publicité (et pour leur employeur par la même occasion). C’est par exemple le cas de Jean Quatremer, spécialiste de l’Europe à Libération et qui ne rate pas les occasions pour se mettre en valeur et twittclasher (le fait de se quereller avec une autre personne par twitter interposé), surtout avec sa cible favorite : Arnaud Montebourg.

Car Twitter c’est aussi le royaume de l’égo, comme les autres réseaux sociaux, où l’on cherche à avoir le plus de fans ou de followers. Ainsi a-t-on entendu récemment le responsable web de Nicolas Sarkozy s’autocongratuler du fait que son champion avait déjà 80 000 Followers, oubliant de préciser que beaucoup de comptes avaient été créés pour l’occasion et n’étaient en réalité que des twitters virtuels. Il se repèrent assez facilement par l’oeuf en avatar et le fait qu’ils n’ont rien twitté.

Si Twitter est intéressant, c’est plus du coté des followers « non professionnels » qu’il faut aller voir pour jauger des tendances et réactions. On a pu le voir dans l’exemple de Giesbert dans Des Paroles et des Actes.  Mais chez les plus fanatiques des militants, difficile de supporter la recopie servile des discours de leurs champions ou d’avoir une discussion. Ce n’est pas le but de l’outil et l’utilisation de Twitter dans cette campagne n’est pas encore optimale. La classe politique française n’a pas encore compris la différence entre Twitter et les autres réseaux sociaux, qu’elle maîtrise déjà mal. Pour le follower, il faut savoir faire le tri, prendre le recul sur ceux qui sont intéressants à suivre ou pas, sachant que beaucoup de personnalités ont créé un compte mais ne l’utilisent pas. C’est aussi un autre moyen d’interpeler sur des faits si les « community manager » (métier qui a pour but d’animer et de fédérer les échanges entre internautes et société/politique ) des candidats font bien leur boulot de synthèse.

Enfin, Twitter c’est un lieu d’échange d’information, de « résistance » comme les hashtag #Radiolondres ou #ReseauFDG en ont été l’illustration dans cette campagne pour combattre l’omerta décrétée sur les résultats des élections présidentielle à l’heure où 90% des votants s’étaient déjà exprimés. Comme tout réseau social, Twitter est un outil qu’il faut savoir comprendre, maîtriser pour en faire ce dont on a « besoin » ou ce que l’on veut. La France est encore dans sa phase de découverte comme cela l’a été sur Facebook. Pas sur que toutes les jeunes générations aient compris tout l’intérêt du produit, mais cela viendra.

Advertisements

2 réflexions sur “Présidentielle 2012 : Twitter et la politique

  1. Je vais être rabat joie mais pour moi cela ne sert pas à grand chose (encore?) à part comme souvent donner la parole à trop de gens qui n’ont rien à dire.
    C’est bieux de s’exprimer mais quand c’est du vent ah quoi bon?
    Surtout que comme tu le dis justement, pour l’instant je doute que la compréhension de l’utilité de la chose soit appréhendée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s