France : La réforme de l’éducation selon Hollande


Grand chantier du quinquennat, la réforme de l’éducation commence par plusieurs annonces. Si vous vous attendiez à une révolution, c’est raté… comme depuis 30 ans !

Les premières pistes sont éloquentes : Semaine de 4 jours et demi, réforme de la notation, augmentation du nombre de professeur. Attendez, il ne manque pas un truc là ??? Le contenu des cours, bien sur.
Car les mesures présentées ne réglent que le problème du rythme scolaire, du nombre d’élèves par classe, ce qui permettrait ensuite d’avoir une meilleure assimiliation des programmes. La réforme de la notation est encore autour du débat de « l’humiliation de la note », comme si une seule méthode d’enseignement devait convenir à tout le monde. Parents comme éducateurs savent depuis longtemps que c’est faux. On fait donc l’hypothèse que les programmes seraient déjà parfaits, après la cosmétique voir les coupes sombres absurdes réalisées depuis 30 ans.

Mais le problème de fond est bien dans l’adéquation des programmes et des filières de l’enseignement au monde du travail, finalité pour tous ces élèves. Les barèmes internationaux montrent un effondrement de la France dans les sciences, dans les langues vivantes, sans parler même de la maîtrise de la langue française au niveau post-bac. A voir année après année des BTS, DUT ou même ingénieurs débarquer en alternance dans les entreprises, les tuteurs sont nombreux à constater les manques dans ces domaines et surtout les bases de raisonnement. Entre l’écriture littéraire et l’écriture dans le monde du travail, il y a déjà un monde que les cursus techniques ne comblent pas. L’exemple du programme informatique des années 80, avec le ridicule des ordinateurs Thomson et du logo n’est pourtant pas si caricatural car il apportait des bases techniques et peut servir de retour d’expérience.

Toutes ces problématiques ont des conséquences directes sur la fameuse « compétitivité » de la France au niveau international. Il n’est pas étonnant de voir arriver dans nos entreprises des alternants d’origine étrangère qui ont l’avantage de maîtriser plusieurs langues, d’avoir une ouverture d’esprit et un bagage technique souvent supérieurs à nos concitoyens. Le chemin inverse est plus rare à cause de cela. Ce grand chantier de l’éducation se retrouve, une fois de plus, discuté avec des personnes qui sont totalement coupées du monde réel, autant du travail sur le marché français que sur le marché international. Il n’y a qu’à voir le rustinage des « nouveaux emplois jeunes » pour comprendre ce décalage, qui n’est pas l’apannage de la gauche, après plus d’une décénie de droite. Un peu de courage, que diable, et que monde du travail et monde de l’enseignement travaillent enfin ensemble dans un esprit pragmatique !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s