politique

France : Diams, révélatrice d’une société hypocrite ?


Diams ou plutôt Melanie a fait la une avec la sortie de son livre, entre biographie et témoignage et surtout pour son interview de l’émission 7 à Huit. N’étant ni fan de la chanteuse, ni détracteur, j’aurai pu me passer de parler de cela, si je n’avais pas mis mon grain de sel dans un article d’un confrère « de gauche ».

Hélas, il n’est pas question de parler du contenu de son oeuvre, que je n’ai pas lu non plus d’ailleurs. Il n’était question que d’image, de forme, celle d’une jeune femme apparaissant voilée et habillée sobrement de gris. Quand je dis voilée, je dis juste portant le Hijab, ce voile qui laisse le visage apparent. Entre anciens fans (!?) qui ne comprennent pas ce revirement et féministes pures et dures, la descente en flamme de cette jeune femme semblait les amuser pour leur faire écrire longueur de commentaires autour de cet article que je ne citerai pas. Aussi me suis-je demandé pourquoi, tout en étant assez virulent à leur encontre.

Le coeur du problème est le fait qu’elle tienne un discours disant qu’elle veut se retirer de la vie publique tout en apparaissant dans la lumière pour le dire. Mais si on creuse un peu, ce déchainement se cristalise autour de ce fameux voile. Le problème est qu’elle ne choisit pas le voile de la religieuse dans son couvent, qu’elle ne devient pas une « prétresse », mais juste une pratiquante. Il faut voir dans cette réaction épidermique l’héritage de notre culture chrétienne où la religieuse est dans un lieu précis, avec un uniforme et ne se mèle pas de la vie publique, ou presque. Curieusement, personne n’a relevé le fait que dans la religion catholique, il n’y a pas de soeur/nonne qui officie comme curé dans une messe publique dans les églises ou obtient le rôle d’évèque… mais passons sur ces éléments pour revenir au sujet central.

Si livre il y a, c’est parce que depuis la parution de photos volées de la chanteuse avec un voile, on a entendu tout et n’importe quoi à son sujet et qu’elle n’a rien sorti, musicalement, ni fait des adieux en règle. On peut voir donc son ouvrage dans ce sens : mise au point et aurevoir. Car des artistes ayant du mal avec la célébrité, on en a connu, on en connaîtra encore et parfois, ça se termine très mal comme pour Kurt Cobain, Dave Leppard de Crashdiët… Si elle avoue des problèmes psychiatriques durant cette période, elle ne s’érige pas en exemple pour les jeunes femmes. Et pourtant c’est ce que l’on semble lui reprocher, de trop se montrer et peut être de créer des « vocations » ? Préférerait-on qu’elle se drogue, qu’elle fasse une tentative de suicide ? Le bonheur dérange, apparemment.

Il est vrai qu’elle a l’air heureuse, à l’opposé des femmes musulmanes opprimées par leur mari et obligées de porter une Burqa (rappelons qu’il n’y a pas besoin d’être une femme musulmane pour être oprimée dans le monde, ceci se rencontrant dans d’autres civilisation et même à 2 pas de chez nous…). Dans une période où cette religion est montrée du doigt par des personnalités de tout bord, cela détonne. On ne peut nier l’existence des dérives autoritaires de cette religion, comme dans d’autres (chrétiens, juifs, et même bouddhistes….) et notamment sur les femmes et les plus faibles (voir l’instrumentation des pauvres par des groupuscules extrémistes dans les révolutions arabes). On peut tout aussi bien regretter le fait qu’une personne soit contrainte à rester cloitrée, à s’habiller d’une certaine façon, à faire certains rites. Mais lorsqu’il s’agit d’un choix totalement libre et que la personne y trouve son bonheur, a-t-on le droit de l’en empêcher? En aucun cas, elle n’a été endoctrinée par une secte. Quand bien même elle vivrait cette vie de manière éphémère avant d’emprunter un autre chemin, il est difficile de trouver la moindre raison pour l’empêcher, sinon on imagine les dérives lorsque quelqu’un ne serait pas dans « la norme », dans la bonne « religion ».

En fait, dans cette émission, il y avait aussi un paradoxe. Car 7àHuit savait que la présence de l’ancienne chanteuse allait créer la polémique et qu’on allait plus retenir l’image que le discours. Lorsque l’on cite d’autres exemples de choix de vie, de « conversion », chez des hommes, la discussion tourne court. C’est vrai que des femmes se sont battues pour obtenir des droits et se battent encore. Et comme de nombreux droits, tout le monde ne les utilisent pas. Est-ce pour cela que l’on devrait forcer tout le monde à vivre d’une seule manière, soit disant « bonne ». Le végétarien que je suis ne vis déjà pas dans la norme, alors…. Ce pseudo comabt de certain est surtout là pour éclipser les vrais problèmes sociétaux et quand on voit des débats s’organiser ensuite entre Tarik Ramadan et Veronique Fourest, aux discours intransigeants et extrémistes,  il y a de quoi … pleurer. A quand un peu de modération et la place à des interlocuteurs représentatifs des pratiquants des différents cultes ?

voir aussi sur le sujet : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/649493-je-suis-musulmane-et-feministe-ne-soyez-pas-surpris.html

et la version retravaillée : http://www.unidivers.fr/diams-melanie-conversion-islam/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s