france

France : Manipulation dans l’actualité ?


L’actualité du week-end a été marquée par deux évènements que les médias ont jugés majeur : L’engagement français au Mali et la manifestation contre le « mariage pour tous ». Pourtant un évènement de portée nationale avait tout sa place et a été masqué ou déformé par beaucoup de médias : L’accord sur l’évolution du droit du travail.

Nous n’allons pas détailler ici cet cet accord dont la signature faisait l’objet d’un ultimatum (si pas d’accord nous en imposerons un….). Il n’a pas été signé par deux des organisations syndicales (sans surprise, la CGT, mais aussi FO), ce qui amène pourtant à un accord, conformément aux règles édictées dans cette négociation. Ces 2 organisations syndicales représentent presque 50% des salariés dans les élections professionnelles (chiffres 2008) mais il est vrai qu’il y a moins de 10% des salariés syndiqués. Le détail ne manquera pas d’apparaître lors de la retranscription de cet accord en projet de loi en avril et d’être commenté par des « experts » du domaine.  Mais notons qu’il fut relayé loin derrière d’autres sujets en fin de JT et eut droit à quelques lignes en première page des quotidiens du week-end, au mieux. Même ce lundi matin à la Radio, il a été oublié purement et simplement dans des radios où l’information tient une place conséquente dans les programmes du matin.

Que la presse militant contre le « mariage pour tous » affiche des unes sur les manifestations du dimanche n’est pas surprenant. Plus surprenant est la monopolisation de l’antenne et des Unes dans des médias que l’on jugeait plus neutres. De luxueux tracts ont été distribués partout en France grâce à des subsides mystérieux et à une communications orchestrée par l’éditeur Jalons, par exemple, propriétaire du nom de domaine « lamanifpourtous.fr ». Il est pourtant permis de s’interroger sur le traitement du sujet qui montre souvent des « militants » aux revendications pour le moins étonnante (lutte contre la pédophilie, le mariage c’est catholique) sans s’interroger sur la raison de la peur, ou sur qui se retrouve derrière tout cela. Les appels à la haine vus sur certaines banderoles n’ont, par contre, pas été assez soulignés.

Mais l’actualité a été surtout centrée sur le Mali (enfin) mais aussi sur le décès probable de l’otage français en Somalie. « Probable » car dans ce pays laissé dans le chaos le plus complet et dont le conflit crée des dizaines de milliers de morts autant chez les habitants que sur la faune (trafic d’ivoire) des pays avoisinants, il est difficile de connaître la vérité. En proie, comme le Mali, au « terrorisme islamiste » (pour reprendre le vocable en vigueur), la Somalie ne connaîtra pas l’intervention d’une force française. Ce sont pourtant bien des milices somaliennes qui vont jusqu’au Cameroun massacrer les derniers éléphants du pays provoquant l’intervention d’une armée aux abois et créant des déséquilibres graves dans toute une large zone de l’Afrique centrale… Le Mali dispose d’un avantage, si j’ose dire : Il recelle de grandes ressources potentielles d’Uranium et les otages français enlevés travaillaient pour Areva ou un des sous-traitants de cette société. Les pays avoisinants, comme le Niger, sont également touchés par ce terrorisme, ce qui met aussi en danger les ressources minières de cette région. Ce n’est donc pas pour le simple principe humanitaire que la France intervient dans un conflit qui a fait des centaines de morts civils et qui concerne aussi le problème touareg, passé sous silence. Il s’agit bien de protéger des intérêts économiques. Aussi, les diplomaties britannique et américaines sont elles solidaires tandis que la diplomatie russe rappelle que l’intervention française se fait en dehors de tout mandat de l’ONU. Est-ce ce qui a provoqué la convocation du conseil de sécurité de l’ONU par la France. Cet intérêt économique a été passé sous silence par la plupart des intervenants et experts, ceux ci parlant plus volontiers du risque d’embrasement de la région, du risque terroriste, de la présence de camps d’entrainements d’Al Quaeda, etc….oubliant au passage que la situation est encore plus critique depuis plus d’une décennie dans la Somalie où l’otage était un agent de la DGSE s’étant fait passé pour un journaliste.

Chacun appréciera ce traitement  de l’actualité et des priorités dans un pays où la préoccupation des français est bien justement le travail.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s