liberté

Egypte : La révolution a-t-elle vécue ? – Egypt : The end of the Revolution ??


Avec la reprise en main du pouvoir par l’armée et un bain de sang dont le bilan va de 300 à 2000 morts, l’Egypte pourrait sembler sombrer à nouveau dans une dictature et oublier l’espoir d’une révolution. Ce serait oublier nos propres histoires.

Les pays occidentaux sont assez mal placés pour donner des leçons de révolution, tant la construction de nos démocraties fut houleuse et ensanglantée. Entre 1789 et l’institution d’une véritable république française, combien de massacres eurent lieu en France ? Et cela sans même parler des millions de morts des guerres napoléoniennes. Les états-unis d’Amérique se sont construit par deux guerres civiles consécutives en 1776 et 1861 et plus de 700000 morts. L’Allemagne a connu des périodes sombres entre l’empire et la république fédérale qu’elle est devenue. L’Angleterre a bâti sa monarchie constitutionnelle dans le sang avec une révolution pas si glorieuse que cela. Russie, Chine, Japon, Italie, Espagne n’ont pas fait mieux avec des phases de dictatures et des épurations sanglantes. Mais parfois la transition vers un régime démocratique s’est faite dans la douceur, comme en République Tchèque et sa révolution de velours.

Civil war reenactment at Kennekuk County Park,...
Civil war reenactment (Photo credit: Wikipedia)

L’influence des pays voisins est majeure dans les révolutions et ce sont bien souvent ces éléments qui ont conduit à des conflits meurtriers. En Egypte, il en est de même dans un pays sous influence américaine, saoudienne et qatari et en conflit larvé avec Israël. L’armée défend ses intérêts économiques hérités des régimes de Nasser et Moubarak. Les frères musulmans sont historiquement liés aux régimes saoudiens et qataris qui financent mosquées et écoles coraniques. De chaque coté, les promesses d’un ordre, de stabilité et de richesse retrouvée manipulent une population appauvrie et vivant dans la peur : Peur de représailles, de tortures, comme il y en eut tant durant des décennies. Au milieu de tout cela, une jeunesse diplômée et ouverte au monde tente de sortir le pays de l’ornière dans la modernité. Comme souvent, les révolutions ne sont pas l’objet d’une majorité mais d’une minorité.

En Egypte, c’est bien le cas et les alliances ayant conduit à la chute du régime restent fragiles. Ainsi la communauté chrétienne copte a pu aider les révolutionnaires à faire chuter le régime de Morsi. Des violences et des meurtres ont été commis bien avant l’intervention de l’armée et les pro-morsi ne seraient pas contre se débarrasser de ces 10% de la population. L’emprise des écoles coraniques et du rigorisme est devenu inacceptable pour une jeunesse qui a fait des études à l’étranger et aimerait apporter de la modernité au pays. Une modernité pas toujours bien vue si elle est synonyme de dérives libérales. Mais si demain des élections devaient avoir lieu, aucune majorité progressiste ne se dégagerait face à un parti des Frères musulmans structuré malgré divergences entre modérés et extrémistes. Le pays se trouve pris en otage entre deux forces armées : l’Armée et les pro-morsi, ne laissant aucune place à la modération. Le statu-quo n’était pas tenable entre les exactions des pro-morsi et la violence traditionnelle des anciens sbires du régime Moubarak. Car si des têtes sont tombées, l’ossature de l’ancien régime est restée.

Que peut-il advenir ? L’expérience avortée du régime Morsi ne peut permettre un retour des religieux au pouvoir. Mais l’expérience d’un régime militaire non plus et il semble probable que des combats se déroulent jusqu’à l’épuisement des forces et l’émergence d’une unité des modérés avec un « homme providentiel » que beaucoup ont cru trouvé dans Mohamed El Baradei. Mais sa personnalité et ses liens passés le rendent trouble malgré sa démission récente. En attendant, c’est bien impuissant que nous risquons d’assister à une guerre civile comme en Lybie ou en Syrie, même si la situation est très différente. Est-ce que l’armée a tué la révolution ? Pas définitivement. Et peser dans un sens ou dans l’autre priverait la population de la démocratie tant souhaitée. Mais l’Egypte a-t-elle jamais eu la liberté d’être indépendante après l’ère Nasser ?


With the takeover of power by the army and a bloodbath whose record ranges from 300 to 2,000 deaths, Egypt would seem to sink back into a dictatorship and forget the hope of a revolution. This would be to forget our own stories.

Western countries are poorly placed to give lessons of revolution, as the construction of our democracies was rough and bloody. Between 1789 and the establishment of a genuine French republic, how many massacres took place in France? And that does not even mention the millions of dead in Napoleonic Wars. The United States of America were built by two successive civil wars in 1776 and 1861 and more than 700,000 dead. Germany has experienced dark periods between the Empire and the Federal Republic it became. England has built a constitutional monarchy in the blood with a revolution not so glorious as that. Russia, China, Japan, Italy, Spain have not done better with periods of dictatorships and bloody purges. But sometimes the transition to democracy was made in softness, like the Czech Republic and the Velvet Revolution.

The influence of neighboring countries in revolutions is important and it is often these that led to deadly conflict. In Egypt, it is the same in a country under American, Saudi and Qatari influence and in a latent conflict with Israel. The army is defending its economic interests inherited from Nasser and Mubarak regimes. The Muslim Brotherhood are historically related to Qatari and Saudi regimes that fund mosques and Koranic schools. On each side, there are promises of order, stability and newfound wealth and manipulations of an impoverished population living in fear : Fear of reprisals, torture, as there were so many during last decades. Amidst all this, a graduated and world-open youth tries to pull the country out of the rut into modernity. As usual, the revolutions are not subject to a majority but a minority.

In Egypt, this is the case and alliances that led to the fall of the regime remains fragile. The the Coptic Christian community has helped the revolutionaries to bring down the regime Morsi. Violence and murders were committed before the intervention of the army and pro-morsi would not be against getting rid of these 10% of the population. The influence of Islamic schools and rigor has become unacceptable for young people who studied abroad and would like to bring modernity to the country. Modernity not always viewed as synonymous of liberal excesses. But tomorrow if elections were to take place, no progressive majority would emerge against a party of Muslim Brotherhood structured despite differences between moderates and extremists. The country is caught between two forces: the Army and pro-morsi, leaving no room for moderation. The status quo was not tenable between pro-morsi abuses and violence of the traditional old henchmen of the Mubarak regime. Because if heads rolled, the backbone of the old regime remained.

Mohamed el-BaradeiWhat can happen? The abortive experience of the Morsi regime can not allow a return to religious power. But the experience of military rule either and it seems likely that fighting is taking place until exhaustion of forces and the emergence of a moderate unit with a « providential man » that many believed found Mohamed El Baradei. But his personality and his past make him troubled despite his recent resignation. Meanwhile, We are helpless as we are likely to see a civil war like Libya or Syria, although a very different situation. Does the army killed the revolution? Definitely not. And weigh in one way or the other would deprive the population of a desired democracy. Did Egypt never have freedom to be independent after the Nasser era?

Une réflexion sur “Egypte : La révolution a-t-elle vécue ? – Egypt : The end of the Revolution ??

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s