france

Présidentielle 2017 : Ce qu’il ne faudra pas oublier


Cet article a vocation à évoluer constamment et à être consolidé. Car les français ont la mémoire courte, c’est connu, et les médias se chargent de récurer ce qu’il reste dans les coins en servant la soupe à leur chouchou du moment. Alors, commençons des maintenant à nous souvenir de ces détails importants pour la campagne future présidentielle et les candidats déjà affichés :

PSPS :

  • François Hollande, l’homme des promesses non tenues pour beaucoup (« La finance c’est mon ennemi », renégociation des traités européens, vote des étrangers…) est aussi celui qui avait trahi le vote populaire lors du Traité Constitutionnel Européen, avant de trahir encore ceux qui ont voté pour lui avec la hausse de la TVA et en poursuivant, peu ou prou, la politique économique de son prédécesseur. Mais c’est aussi sur le coté normal et exemplaire qu’il a fauté. Trahison des engagements écologiques également, histoire d’avoir les voix vertes en 2012. Entouré de courtisans, il fait mine d’écouter mais n’entend rien que sa propre voix. Finalement, il se rapproche beaucoup de l’équivalent de son homologue de l’UMP avec lequel il posait fièrement il y a quelques années, blingbling et omnipotence exceptés.
  • Manuel Valls, l’homme qui pense plus à sa carrière qu’à l’intérêt commun : Avec lui, Pas assez de « blancos » sur son marché, trop de roms, pas assez de corridas, doctrine libérale en guise de posture, atteinte aux libertés individuelles. Cet homme n’a de gauche que le coté où il range sa carte du PS. Ami des communicants, sa carrière n’est faite que de volte faces, trahisons locales et nationales et postures en décallage.

umpUMP :

  • Copé, Sarkozy, Bertrand, Fillon… : Tous ces hommes ont truqué les comptes d’un parti au bord de la faillite.
  • Nathalie_Kosciusko-Morizet : Ne se ralliera-t-elle pas au panache blanc de son leader ? Dans le doute, celle qui était la plus verte de la droite, a considérablement bleuï au fil des ans (nucélaire, nitrates, diesel ). Au point que ses zigzags économiques (tantôt droite chrétienne, tantôt libéraux) rendent sa candidature illisible et imprévisible. Mais se positionne contre les idées de la « Manif pour Tous » et pour la pénalisation des clients de la prostitution.
  • Nicolas Sarkozy, l’homme qui avait dit arrêter la politique après sa défaite. Il a trahit le referendum du traité constitutionnel. Avec lui, c’est donner au riche (bouclier fiscal) en prenant aux pauvres (TVA, hausses d’impôts). Ses idées affichées évoluent en fonction des sondages d’opinion dont il est très friand…au frais de l’état. Collectionneur d’affaires et petites magouilles (Karachi, Tapie, Bettencourt, comptes de campagne, Khadafi…), il est aussi celui qui a déstabilisé la Libye et le Mali par une guerre…d’égo ou pour détruire quelques preuves? Sa liste d’affaire ne pourrait se contenter d’un simple article. Un blog est nécessaire ! Omniprésent, jamais avare de mensonges, il rêve d’immunité pour 5 ans de plus, à l’image d’un Chirac, jamais vraiment rattrapé par les affaires.
  • François Fillon, l’éxécutant de Sarkozy pendant 5 ans, celui qui se disait à la tête d’un pays en faillite, faillite qu’il avait créé lui même par sa mauvaise gestion. Un faux rebelle ultra-conservateur qui rêve d’être calife à la place du calife. Avec lui, la réforme des retraites a subi déjà deux versions sans efficacité. Incapable d’aller au bout de ses idées, ce qui lui vaut les moqueries de son ancien chef.
  • Alain Juppé : Arrogant il l’est et le reste. Et si Bordeaux a bien changé, s’il garde quelques idées vertes de son exil au Canada lorsqu’il fut inéligible pour couvrir les affaires de son « ami » Chirac, ne comptez pas trop sur lui pour le volet social (voir ses réformes avortées lors de son passage à Matignon). Au moins affiche-t-il la couleur. Il a couvert, en tant que ministre des affaires étrangères, les agissements lybiens de son collègue Sarkozy, preuve de son manque d’envergure et de courage politique.

udiUDI-Modem :

Bayrou et Borloo semblent usés et se rallient petit à petit à l’UMP. Aucun candidat crédible pour aller au bout aujourd’hui.

pgPG :

  • Jean-Luc Melenchon, en opposition vicérale au FN, trahi par le PS et le PC, se trompe souvent d’ennemi et cède à la formule facile. Au point que son discours devient contre productif. S’affiche avec l’ancien trader repenti Kerviel (le serait il s’il n’avait été attrapé ?), noyant ainsi les idées essentielles de son mouvement dans du marketing politique inutile. Se disant fatigué, il est pourtant le seul leader apparent d’un mouvement qui s’essoufle. Ambigu sur l’Europe ( « Les nouveaux entrants… qu’ils aillent se faire foutre. Les Lituaniens ?… T’en connais un, toi, de Lituanien ? Moi, j’en connais pas ! » ), sanguin, mais aussi habile tribun lors des meetings. Tenant d’une autre voie économique, qu’il n’a que rarement le temps d’exposer.

EELVEELV :

  • Cécile Duflot, qui pensait changer les choses de l’intérieur, n’a eu pour seule réussite que trahir ses camarades pour avoir un poste de ministre durant la campagne de 2012. Connue pour sa loi sur le logement et l’encadrement des loyers, imparfaite et déconstruite au fil du temps. Twitteuse invétérée, son ambition noit la sincérité qu’elle a pu parfois afficher sur des sujets sociétaux.
  • Le trio Placé, Pompili, De Rugy est prêt à faire de même. Toujours à courir le maroquin, on ne connaît pas grand chose de leur ligne politique, finalement.
  • José Bové, l’agriculteur qui arrive après la bataille sur la défense de l’agriculture (Sivens, 1000 vaches, NDDL). Contre la réintroduction du loup en France et conservateur sur les sujets sociétaux dans son propre parti. Sa célèbre moustache participe pour beaucoup à l’image du rebelle gaulois, masquant des archaïsmes bien français.
  • Eva Joly, candidate trahie par son propre camp, elle vient drapée de la figure de l’incorruptible. Manque de référence sur l’aspect environnemental en 2012 mais continue à apprendre la politique. Jusqu’à quel point?

fnFN :

Rappelons que le FN n’a jamais été un parti ouvrier mais conserve une doctrine ultralibérale et individualiste. Exemple : les premières actions des maires FN ont été de s’attaquer aux chômeurs et aux minorités.

  • Marine Le Pen n’a pas plus connu le monde de l’entreprise ou le monde ouvrier que les énarques qu’elle dénonce. Le FN ne soutient pas la cause animale et promotionne les corridas comme vu à Frejus, à Beziers. Aucun programme économique cohérent mais juste des formules pour répondre à des rejets (Europe -> Sortie de l’Euro, Impots -> baisses sans les identifier, etc…). Financée par des micropartis gérés par l’extrème droite (ex GUD), amie avec le gestionnaire de fortune de Cahuzac. Peu présente dans ses mandats électifs, mais trop présente dans les médias.

Avec tout ça, on est bien avancé, non?!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s