liberté

Yémen : entre convoitises et oubli


Le Yémen semble enfin apparaître dans l’actualité alors que sa situation nationale dégénère depuis déjà plusieurs mois, notamment en raison de l’intervention militaire saoudienne. Une intervention qui pose pourtant bien des questions…
Les bombardements de l’aviation saoudienne représentent bien une ingérence non diligentée ni par la Ligue arabe ni l’ONU ni toute autre organisation légitimée à s’élever au-dessus des États. Elles font pourtant suite à l’intervention états-unienne qui s’opérait que par l’intermédiaire de drones. Mais le nouveau roi saoudien, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, prend prétexte que les rebelles Houthis se seraient emparés du pouvoir yéménite avec le soutien de l’Iran. Le Yémen est de fait devenu le premier front de la guerre entre sunnites et chiites. Pour bien le comprendre, il convient de se replonger quelques années en arrière : le Yémen, alors monarchie chiite, fait l’objet d’un coup d’État en 1962.

Le Yémen devient à cette date une République. Avec une main mise des musulmans sunnites, soutenus par l’Égypte qui occupait à l’époque le rôle de leader du monde arabe. Le Yémen est encore en conflit avec l’Arabie Saoudite, elle même rivale de l’Égypte. (Le royaume n’est pas encore le royaume multimilliardaire influent qu’il est devenu grâce au pétrole, tandis que la république de Nasser dispose de ports prospères.) Le sud du Yémen est encore sous l’emprise de l’occident, notamment sur son port d’Aden. En 1967, un régime marxiste s’y installe pour acquérir son indépendance, après une courte lutte armée contre le Front de libération nationale venu du nord du pays. Les deux entités nord et sud cohabiteront jusqu’en 1990, date de la première réunification sous l’égide du président Saleh. Cette période est aussi celle de grandes migrations religieuses et ethniques. Le régime de Sanaa, la capitale à l’architecture si caractéristique, tente de se faire une place et de développer le commerce à l’international. La neutralité affichée (notamment dans le conflit koweïtien) ne tient pas très longtemps face au voisin saoudien qui veut régenter toute la péninsule arabique. Le sud fait sécession en 1994 et mène le pays dans une première guerre civile. Le régime tribal, qui n’a pas disparu durant l’ère marxiste, facilite aussi le morcellement du pays et l’installation de groupes terroristes (Al Qaeda, notamment). Le régime saoudien soutient ouvertement les sécessionnistes du sud pour déstabiliser le régime du président Saleh. Paradoxalement, Irak et États-Unis soutiennent conjointement le nord, sur fond de découverte de gisements pétroliers au sud du pays.

Si le coup d’État de mai 1994 par le parti socialiste yémenite ne fonctionne pas, le pays est depuis gangréné par les luttes de pouvoir ; le pays voit son niveau de vie graduellement diminuer, devenant le plus pauvre du golfe. Le président Saleh durcit son régime tout en aplanissant les relations avec l’Arabie Saoudite. Au nord-ouest du pays, les chiites Houthis de la région de Saada se sentent marginalisés et stigmatisés par les mouvements salafistes de plus en plus influents. Ils se révoltent en 2000 ; une guerre civile faisant des milliers de morts jusqu’en 2010. L’insurrection couve toujours au sud. Durant le printemps arabe, une nouvelle période de révolte trouve son apogée dans un attentat contre le président Saleh. Blessé, exilé, il finit par céder le pouvoir sous la pression internationale et les monarchies du golfe. Il laisse sa place au vice-président Abd Rab Mansour Hadi. Mais ce changement ne règle pas le problème de la minorité Houthi (30% de la population environ), laquelle se révolte à nouveau, dans un contexte où Arabie Saoudite et Iran s’affrontent déjà à distance en Syrie et Irak.

Pour approfondir le sujet :

article du Monde diplomatique

article de Diploweb

article de la Voix du Yemn

4 réflexions sur “Yémen : entre convoitises et oubli

  1. pourtant je suis un p’tit gars optimiste (grandes lignes) autant je sens l’avenir sombre, pire encore que les bourbiers déjà-connus, réalisés (testés et éprouvés)
    mon affection, depuis ma tendre adolescence, des pays Arabes (je fais court; c’est une longue histoire) ni changera rien..
    Que de sable ! ..ensablé
    de voix bafouées, résistances étouffées.. tous ces machins séculiers /traditions, monde-moderne, confessions (!) clans, doctrines & idéologies, pouvoir & alliance, et bien sûr: l’intérêt (!)
    ..qqls révo.. en cours, avortés, du fedayin du kamikaze.. des violences inégalés
    j’ai tjs pensé (suis pas le seul !): le conflit civil (‘fraternel’) est le plus cruel
    oui, les rivalités s’enchainent/ l’allié en perd la tête.. oui l’ONU, la Ligue A en spectateur.. la gestion des réfugiés, telle une banalité.. toussa (etc.) affligeant
    cool, tu es par là Ice..

    1. Je suis pas vraiment par là… Juste que je voulais garder cet article écrit ailleurs ici aussi…où j ai fait un gros ménage pour la fermeture… Et qui sait si ailleurs, autrement je ne reprendrais pas le fil de ces pensées.
      Et pour ce qui est du Yemen, ce pays a une telle histoire, trop méconnue, que c’est un crève coeur de voir ce qui s’y passe. Là aussi, ce sont des images qui m’ont fait rêver depuis le plus jeune age.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s