liberté

Syrie : Peut-on réunir bourreaux et victimes ?


Suite au discours du président français François Hollande à L’ONU, le refus francais de voir Bacchar El Assad dans les négociations s’articule autour de cette affirmation: On ne peut réunir bourreaux et victimes.

Outre le fait que cette position isole encore plus la France diplomatiquement, elle oublie l’histoire passée de la France elle-même et celle que nous avons imposée ailleurs. Ainsi, L’Europe actuelle s’est elle construite avec d’anciens ennemis juste quelques années plus tôt. Il s’agissait aussi d’intérêts financiers, il est vrai, mais comment faire oublier les millions de morts de la seconde guerre mondiale? Le peu européen (dans le sens intérêt commun) Hollande a la mémoire courte.

Plus récemment, dans ce que l’on appelle la Francafrique ou la Belgafrique, nous avons vu des conflits meurtriers où nous avons laissé massacrer largement autant de population qu’en Syrie. La réconciliation à pourtant été bâtie avec d’anciens belligérants. Que l’on appelle ça gouvernement d’union nationale ou autrement, ils sont construits sur une base fragile et souvent imposée pour des raisons économiques (fourniture de matières premières à l’occident ou la Chine). Mais dans le cas de la Syrie, la stabilité serait sans doute trop favorable aux intérêts russes, selon un Hollande qui, à cause de cela, vient de laisser une ardoise de quelques centaines de millions d’euros dans l’affaire des frégates (la vente ne couvre pas tout).

El Assad serait à l’origine du problème, selon Hollande. Ce n’est évidemment pas si simple, entre sécheresses, famines, révoltes tribales, et interventionnisme sunnite. Et pour régler un problème, le principe de base est de chercher la cause racine, pas de rayer celle qui nous dérange. Que propose-t-il ? De discuter sans un personnage soutenu par au moins 50% de son pays, jusqu’à preuve du contraire ? En tout cas rien de mieux que ce qui a été un échec jusqu’à présent, sinon vendre des armes, faire la démonstration de notre aviation. Dans la droite ligne du sarkozisme diplomatique qui a conduit au chaos en Lybie, le hollandisme est une catastrophe pour le rôle de la France dans les grandes nations. Prendre une posture différente, seul, n’est pas souvent le jeu gagnant (exception faite de la guerre en Irak…Où nous n’étions pas les seuls à refuser d’y participer ce qui nous permis d’avoir une voix écoutée ensuite). Cherche-t-il à contenter des soutiens dans le golfe ou ailleurs? Une chose est encore visible, c’est l’absence de cohésion européenne sur le sujet. Là aussi, Hollande a montré son absence de stature de leader et de visionnaire, comme son prédécesseur à l’ego surdimensionné (Qui lors de la crise de 2008 a fait plus de gesticulations inutiles que d’action réelle). L’ego de Hollande est bien égal, même s’il le montre moins.

Plus grave, on peut s’inquiéter à terme pour le devenir des opérations extérieures de l’armée française qui a du mal à trouver le support d’autres nations. Il semble que le quai d’Orsay n’ait pas beaucoup apprécié les dernières décisions de Hollande, Fabius compris…Enfin, et comme l’a souligné paradoxalement et ironiquement Vladimir Poutine, agir en dehors de tout mandat de L’ONU, comme le font aujourd’hui France et Usa, met en danger l’institution Nations Unies. Et quand la SDN avait été affaiblie, On sait ce qui est arrivé.

11 réflexions sur “Syrie : Peut-on réunir bourreaux et victimes ?

  1. Les intérêts économiques des pays industrialisés ont fait qu’une nouvelle sorte de colonisation devait à tout prix leur revenir, ce qui a engendré les guerres soi-disant pour balayer « la dictature » de ces pays. Sauf, à mon humble avis, ces « dictateurs tenaient leurs pays et les habitants avaient une certaine liberté.
    Je le vois essentiellement en Tunisie, d’où je suis native, Bourguiba était le président. Certes ce n’était pas un modèle de démocratie mais c’est le seul pays du Maghreb qui donnait une place à la Femme. Maintenant avec ce « Printemps du Jasmin » les femmes se font arrêter si elles sont dehors après 21h, elles doivent justifier. Elles sont voilées…. Belle révolution!!! Je préférais ma Tunisie avant.
    Kaboul dans les années 70 les femmes allaient à l’école, l’université… grâce à Khomeiny elles portent la burka.
    Et le pétrole ….

    1. Juste un détail, la confusion Afghanistan, Iran. un Iran à plusieurs visages, à la fois accueillant et modéré d’un côté, rétrograde et conservateur de l’autre. Pour l’Afghanistan, il faut reprendre l’histoire de la guerre froide pour comprendre le conflit et sa tragique issue.

      1. Oui, tu as raison. Dans les années 70/80 c’était l’URSS qui « occupait » l’Afghanistan. les USA ont armé le bras de Massoud pour virer l’occupant… et prendre sa place…. de faire assassiner Massoud d’où l’arrivée des talibans (je te la fais courte).
        Tout c’est enchaîné et voilà la situation que nous connaissons.
        Je connais des afghanes qui étaient en France pour étudier et qui n’ont jamais voulu retourner dans leur pays. D’ailleurs leurs parents les enjoignaient à ne pas le faire.

  2. bout de radio/ F Hollande: « Bachar fait parti du problème ne peut être la solution »
    Barack O: « (oui-mais) l’alternative est encore pire »
    V Putin: « une coalition pour combattre EI (& terrorisme) aussi compter sur Bachar ..tient tête courageusement aux terroristes »
    3 opinions avis suffiront n’est-ce pas, et au-moins un (1) objectif commun,.. vont-ils y arriver..
    (et) préciser par le chiffre qql réalité ne changera rien: 8 victimes sur 10 le sont du régime al Assad

    « Europe et cohésion ».. yes son absence.. à part le reblochon (délicieux) issue d’une 2° traite, alors substituée, carottée au proprio (le seigneur, l’abbaye..) what else,
    bonne journée, et Aurore de Tunisie.. chouette !

      1. @Ti Suisse
        Ah non je suis d’origine sicilienne (mes deux parents ont migré en Tunisie tout comme une colonie d’italiens pour fuir Mussolini et pour le boulot) je suis de nationalité française mais née en Tunisie. Mais c’est mon pays de coeur et je souffre de voir comment il devient

  3. @Didier J’oubliais même l’Iran sous le Shah bien qu’il y avait une dictature il y avait liberté de mouvements, de culture, la femme était libre de s’habiller comme elle le voulait, elle avait accès à l’instruction. …Khomeiny est arrivé et tout s’est assombri.
    Je me souviens qu’aux alentours de la Cité Universitaire dans les années 80 il y avait batailles rangées entre les pro et les anti de la « révolution islamique » iranienne et bien souvent les CRS devaient intervenir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s