liberté

Turquie, Russie : Tellement prévisible


L’incident de l’avion russe abattu par la Turquie aura-t-il des suites négatives ou pas? On ne peut pas dire, en tout cas, que nous n’étions pas prévenus.

Depuis l’annonce de la Russie de frappes en Syrie, la Turquie avait annoncé ne pas autoriser le survol de son territoire. Nous aurions pu considérer alors qu’il ne s’agissait que d’une frilosité par rapport au conflit OTAN (dont la Turquie est alliée) / Russie. D’autres pensent que c’est aussi le double jeu d’Erdogan qui joue avec l’EI pour se débarasser à la fois du régime Syrien et des Kurdes. Mais il faut aussi penser au nationalisme du président turc qui, à l’image de son rival Poutine, veut restaurer une grande Turquie.

Il va sans dire que depuis le début du conflit dans la région, la Turquie se sent écartée des discussions. L’armement fourni à la minorité kurde est vu comme un danger (un peu comme si nous armions des terroristes indépendantistes corses ou basques pour nous débarrasser d’autres groupes terroristes, si on schématise). Et en même temps, il y a la volonté de se débarrasser de la Syrie, de garder la main mise régionale sur les transits de marchandises et de pétrole (là aussi le Frienship Pipeline est vu comme un danger). Comme la Russie a des intérêts en Syrie, elle devient un ennemi. Et comme la Russie s’impose comme partenaire dans une coalition qui fait peu de cas de l’avis turc, il faut montrer des muscles. De là, peut-être, la réaction abusive de la Turquie, qui avait déjà convoqué des représentants russes sur le sujet.

Car c’est aussi un tort partagé. La Russie n’a pas pris les mesures nécessaires pour être sur d’éviter le survol du territoire turc, n’ayant que faire aussi de ce pays. L’OTAN a sous estimé le rôle turc, tout comme longtemps le rôle russe et iranien dans ce conflit et l’Europe a suivi les mêmes positions, servilement. Maintenant que le conflit s’installe par le terrorisme sur le territoire européen, la donne change. La donne change aussi pour la Turquie, frappée par un attentat. Son aide à la coalition est aussi vue comme un danger de déstabilisation. D’autant, qu’idéologiquement, en théorie, l’état turc est un ennemi de l’EI. Aussi, Erdogan est piégé entre le désir d’apaiser le pays, son développement régional, sa volonté d’exister dans les relations internationales.

La où la Russie montre son expertise géopolitique, c’est que ses manœuvres militaires l’ont rapprochée à nouveau de l’Europe et de l’OTAN, alors que la Turquie reste isolée. Si Erdogan compte utiliser l’incident pour peser dans la balance, son calcul paraît très hasardeux. C’est plus vers un rapprochement vers d’autres alliés qu’il faudrait penser à l’avenir. Espérons que l’existence d’un ennemi commun apaisera les tensions entre les intervenants. Toutefois, se pose le problème de la méthode, celle utilisée jusque là attirant bien plus encore de combattants, tuant des civils, à l’image de tous les conflits depuis 30 ans dans la région. L’intervention russe donnant du grain à moudre à des soit-disant prophéties, il serait intéressant d’écouter d’autres avis que ceux des va-t-en guerre et des nationalistes. Turquie et Russie ont finalement beaucoup en commun.

Une réflexion sur “Turquie, Russie : Tellement prévisible

  1. faut le suivre, Erdogan, à défaut de le comprendre..
    je prenais mon p’tit décimètre, la map du monde punaisée là au mur: pas loin de 1 000 klm de frontières avec la Syrie et Irak (moins que l’Arabie Saoud)
    quels voisins ! voisinage,
    d’accord, il ne veut ‘pas de problème’, ..ils viendront d’eux même,
    tiens, son armée, ses tanks à un jet de pierre (un !) de Kobané, ville attaquée, perdue, reprise (…) là sous son nez (!) pas bougé.. les réfugiées ? oui une ville: des civils, à qql 100 mètres d’une sécurité, d’un pays allié (gnâgnâ) = Niet ! /démmerdez-vous..
    les turkmènes aussi (je les oubliais; moi c’est normal ?) pourtant fréquentables, pas comme le kurde, pustule héréditaire, tel l’arménien, ..lui « c’est fait » (oup’s, sorry)
    (et) tellement de ‘minorités’, communautés vivotant dans le désert, qué s’en soucier.. Daesh lui..

    Erdogan, ..ses calculs, ses mesures (?) moi le nœud, bien sûr ‘écarté’ et aussi ‘peu de cas’, d’une coalition, occidentaux, Otan.. ni l’attendent, ni ‘comptent’ sur lui,
    pourtant, le taf ne manque pas !
    allez, un bilan à la serpe: un attentat, ..102 victimes.. attribué à Daesh /lui ne s’embarrasse pas de con & sidération, du diplomatico géographique (comme si on l’ignorait !)
    les turks répliquent et frappent: un Sukhoï abattu (un SU 32 probablement ou le récent SU 35 ?)
    plein de perspicacité n’est-ce pas.. la zone d’activité aérienne frôle le pays, bande de no man’s land pas bien large, aussi pour faire son créneau et d’aller se garer-poser,
    – Daesh, combien d’avions ?
    je savais Recep pas très finaud, ..voilà qu’il se fait un new copain: Putin, ..là aussi qqls xx klm de frontières, et mer Noire mitoyenne; il ne reste plus que l’Iran (car la Grèce: ‘fait’) s’il veut faire un bbq entre voisin,

    ‘piégé’, je lis -en aucun cas rivaliser avec tes sagaces analyses ! souvent je vais sur les bords sinon surfe la grande ligne.. Recep, faudra bien qu’il y mette les mains, quand il aura fini (?!) de focaliser et flipper du Kurde, dont il connait (à-force) le profil, nature & culture, diplomatie, alliance, intérêt.. se le mettre sur l’oreille, il le fumera plus tard..
    en attendant, ..ça va, zen son islam national, compatriote et citoyen.. alors rien à se plaindre, mais qu’il croise les doigts, -un truc de païen /qui ne marche pas à tous les coups,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s