politique

France : On ne pourra plus être Charlie


cet article a été débuté avant les attentats du 13/11/2015 et terminé un mois après

Qu’on se le dise : « Je suis Charlie » appartiendra bientôt à quelqu’un… aux producteurs d’un film et à leur réalisateur Emmanuel et Daniel Leconte…. Et derrière ça, c’est la récupération commerciale d’un événement.

La mort n’est pas venue à Charlie Hebdo ce triste jour de Janvier 2015. On a vu que la manne financière provoquée par l’attentat avait pourri le journal de l’intérieur, provoquant le départ des dernières figures d’une époque révolue (celle d’avant Philippe Val) et surtout une véritable OPA sur le titre. Même si le titre est revenu dans un esprit un peu plus conforme à l’origine, ce ne sont pas les journalistes de Charlie qui sont « dédommagés » par tout ça mais une caste qui s’est emparé du journal des années auparavant, alors qu’il était en difficulté. Le journaliste Denis Robert (cf affaire Clearstream), sort lui aussi opportunément (mais avait-il le choix?) un livre pour démontrer cela. Il se trouve que l’avocat actuel du journal, Richard Malka, est aussi celui de Clearstream. Aussi le propos de Denis Robert, déjà mis à l’écart par toute une profession, risque de passer aux oubliettes dans les principaux médias, sous prétexte qu’il s’agirait d’une vengeance. Alors oublions le un peu pour réfléchir par nous même.

La presse est actuellement l’objet d’investissement de la part de grands groupes et capitaines d’industrie. Ce n’est pas un hasard, ils ont bien compris comment utiliser politiquement les titres qu’ils achètent. On a beau dire qu’il reste des journalistes indépendants qui font bien leur travail, ils n’ont pas toujours les coudées franches et ne sont pas mis en valeur lorsque leurs enquêtes dérangent. Quant aux éditorialistes, ils passent d’un titre à l’autre dans une constance édifiante. Charlie Hebdo, figure libertaire à sa création, a connu une seconde vie à partir des années 90. On peut observer que c’est grace à cette seconde vie qu’un certain Philippe Val est passé de chansonnier à patron de Radio suffisamment soupe-au-lait pour virer ceux qui dérangeaient des politiques influents (Michel Bojut, Mona Chollet, Siné, Didier Porte, Stéphane Guillon…). Paradoxalement, les ventes sont divisées par 2 par rapport au lancement mais l’influence de Val est de plus en plus importante. Pourtant, en 2011, Val n’est plus actionnaire, parti dans d’autres sphéres d’influences. Le tirage n’est plus que d’un dixième du lancement avant l’attentat de janvier 2015. Il sera le triple après. L’actionnariat n’est plus réparti qu’entre deux personnes : le dessinateur Riss et le directeur financier Eric Portheault. Les départs des plumes importantes du journal ont continué depuis (Luz, Patrick Pelloux…) et les journalistes ont demandé une direction plus collégiale.

Comme dans tout journal, c’est une lutte de chapelles. On a Riss et son ami Malka, avec Eric Portheault, la communicante (ex DSK) Anne Hommel, d’un coté, de l’autre un collectif de journalistes voulant une nouvelle gouvernance plus en phase avec la culture du journal, et au milieu, ceux qui tentent de trouver un consensus. Financièrement, la manne doit-être réinvestie dans le fonctionnement du journal mais la transparence manque, selon les opposants. Pour le lecteur, il n’y a pas d’effet visible mais on peut penser qu’entre les dettes contractées avant 2015, et les locaux à trouver (malgré les assurances), il y a eu des investissements. Reste que l’on est loin d’une « image » d’un Charlie Hebdo originel, dont avait été écarté déjà il y a bien longtemps un de ses fondateurs, Choron. Aujourd’hui, aucun des fondateurs n’est d’ailleurs là mais les journaux doivent aussi évoluer avec leur époque.

 « Etre Charlie » était une utopie, une formule à la signification floue, récupérée par des chefs d’état un jour de Janvier 2015 pour faire croire à un pays uni. Ces chefs d’état critiqués par Charlie et qui ont piétinés depuis les valeurs défendues par ceux qui sont morts il y a un an. Que s’est-il passé depuis en dehors de Charlie Hebdo ? Les mentalités ont-elles seulement évolué ? Non, et même sans les attentats de novembre 2015 qui ont encore aggravé la situation. Quelques semaines après, nous n’étions plus Charlie, quand bien même  je ne l’ai pas été à ce moment là, pour d’autres raisons. Les mots sont une chose, mais les actes sont plus importants. Que sont devenus tous ces numéros de Charlie achetés ? Ont-ils été seulement compris ? A voir la vie publique et politique, je n’en ai pas l’impression. Si j’avais pu être « Charlie », cela aurait été dans son sens originel, utopique, à la fois anarchique, rebelle et libertaire, moins dans un anticléricalisme primaire, ou la grivoiserie. A voir les replis religieux de tous ordres, la montée de l’homophobie, de l’individualisme, la diminution des libertés, de la presse et de l’expression,  j’ose le dire aujourd’hui, nous ne sommes pas Charlie et nous ne le serons plus, avant longtemps. Si seulement, on pouvait être un peu … nous même.

2 réflexions sur “France : On ne pourra plus être Charlie

  1. Hollande a cassé le « Je suis Charlie » pour avoir bloqué la manif spontanée pour se faire mousser auprès de ses potes dictateurs.
    Quelle honte faire venir Israël, l’arabie Saoudite -pour ne citer qu’eux- manifester contre le terrorisme et leur faire porter le badge « je suis charlie ».
    De toute façon « les vrais » Charlie n’étaient pas à la suite du cortège. Il y a toujours les « Je suis Charlie » mais ils n’ont pas besoin de s’afficher… ils se reconnaissent.

    Et maintenant Hollande leur file la légion d’honneur!!! Au nom de quoi ? de s’être fait massacrés ? Alors pourquoi le policier ne l’a pas lui ? Pourquoi l’employé de l’hyper casher qui a sauvé des vies ne l’a pas lui ?

    De toute façon ils sont nombreux à vouloir la fin de Charlie Hebdo, il faut aller sur des réseaux sociaux pour s’en rendre compte. Certains y tiennent des propos haineux … à en vomir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s