france

France : Trop c’est trop !


Parfois, la coupe est pleine. Les manigances de ce qui est devenu un complexe politico-financio-médiatique (cf…) deviennent véritablement des insultes quotidiennes aux français, mais aussi maintenant à nos ancêtres.

Préambule

Entendons nous déjà bien : Je n’ai pas vraiment d’affinité avec le personnage Jean-Luc Mélenchon, mais un peu plus avec certaines idées qu’il défend (parfois maladroitement). Je ne suis pas du tout proche de la CGT (et encore moins de SUD) et de ses méthodes de lutte syndicale (bien que sur le terrain, il y ait une grande différence avec la centrale), mais encore moins de la CFDT et son consensus mou. Je ne suis pas un horrible casseur antifa, je ne suis pas un réac de droite, comme ce que devient maintenant l’ensemble du parti LR, à voir ces primaires. Je ne suis pas encarté socialiste et ne l’ai jamais été, et si je suis proche parfois d’EELV, c’est un tel panier de crabes que je ne m’y vois pas faire quelque chose. Bref, je suis un français, un type jamais content, qui va à son boulot dans l’industrie, qui paye des impôts, qui a servi la nation, le français bien plus lambda que les panels des arènes médiatiques.

La situation

Alors quand je dis trop c’est trop, c’est quand je vois a quel point on confisque totalement la vie de ce pays, et sa politique. On peut admettre, en effet, que tout le monde ne soit pas de son avis et voir alors des alternatives s’exprimer. Nous l’avions vu lors du Traité Constitutionnel Européen, avec difficultés déjà, mais le résultat du vote a été confisqué. Aujourd’hui, la situation est simple :

  • Une presse monoculturelle et qui ressasse un modèle économique libéral aux abois, jouant juste sur un curseur pseudo social pour se différencier. Elle est à 95% propriété de grands groupes et de milliardaires qui trouvent un moyen d’influence, et touche des subsides de l’état pour une part non négligeable.
  • Une classe politique devenue, en apparence, tripartite. En réalité, le PS, le Centre et la Droite, jouent la même partition, celle dictée par ceux qui possèdent la dette, levier pour empêcher toute sortie du modèle. Le FN n’est utilisé que comme repoussoir pour faire admettre l’inacceptable. Sauf que parfois, à jouer avec le feu, on se brûle.
  • Une Finance toute puissante par rapport aux artisans, à l’industrie. Elle décide de la valorisation boursière, en décalage total avec la réalité du terrain. Elle décide des prêts, de l’avenir des petits patrons courageux, des salariés désirant se mettre à leur compte…
  • Une caste du grand patronat qui a conduit des dizaines de grands groupes dans l’ornière, qui poursuit des délocalisations (cf le groupe Radiall de M. Gattaz) et des politiques de sous-traitance alimentant la misère et le chômage, mais qui continue à décider ce qui est bien, à développer des secteurs sans avenir tel le Titanic devant l’Iceberg..

DPDA

Caricature ? Beaucoup moins que ce qu’un Lenglet nous sert à propos du Venezuela, de la Bolivie, par exemple. Sans devenir un supporter de Maduro, Chavez ou Morales (edit : L’ambassade de Bolivie a exprimé son mécontentement et le passage a été supprimé dans les vidéos de France Télévision, le chef d’état ayant été disculpé), on peut au moins éviter de faire des raccourcis, d’oublier l’évolution de la pauvreté dans ces pays, d’oublier aussi la situation passé, la dépendance à certaines richesses, le tissu économique, les influences extérieures, et les jeux de la finance sur les cours de ces richesses. Quand on a du respect pour ses auditeurs et pour l’information, c’est un minimum, ou alors ça s’appelle simplement être un vendu. Car j’ai eu la faiblesse de regarder l’émission Des Paroles et des Actes, la semaine dernière, avec comme victime, Jean-Luc Melenchon, le leader du Die Linke français (ça parle à mes lecteurs internationaux, ça…). Sans être d’accord sur tout ce qu’il a dit, notamment le discours peu clair sur l’immigration, mais dont je comprends le fond, j’ai trouvé les ficelles employées par Pujadas et sa clique, proches des cordes d’amarrage du Harmony of the Sea. Ainsi avait-on pour les deux français type sélectionnés au hasard, le patron buté de la boulangerie de l’Elysée (sous Sarkozy et Hollande), plus grosse que 90% des boulangeries de France mais qui se plaignait de sa masse salariale, visiblement. On avait la vice-présidente des Jeunes Agriculteurs (syndicat qui mène ses dirigeants plus tard à la tête de la FNSEA, dont ce groupement est membre), ex Essec, ex Bolloré, et dont l’exploitation de 150 hectares est très éloignée des réalités des agriculteurs français (70 en moyenne, avec une productivité par hectare qui stagne depuis au moins 10 ans, malgré le recours aux pesticides et OGM). Bref, on appelle ça une distorsion de réalité sur des sujets qui ne peuvent être discutés en faisant de la politique un spectacle.

Le Point et les autres

Mais depuis des semaines, et même des mois, on nous fait croire, par médias et presse interposée, qu’il y a des gentils syndicats réformismes et de très très méchants syndicats conservateurs. En réalité, le terme devrait être inversé. Il y a quelques semaines, LCP diffusait une série de reportages sur le syndicalisme français, rappelant son évolution. Et justement, on y voyait déjà la naissance de ce clivage, de cette nouvelle lutte des classes qui consiste à diviser le syndicalisme pour mieux régner. Le Point et son opportuniste( passé de l’obs au figaro, déjà…) lèche-cul de F.O.G. s’y entend bien là dedans, faisant même du révisionnisme digne de l’extrême droite avec sa une et son éditorial.

revisionnisme
6,1% de ce torchon sont payés par les contribuables

En d’autres temps, on aurait appelé ça …du collaborationnisme. Car il ne faudrait pas oublier le sort réservé aux syndicalistes pendant le régime de Vichy. J’en sais personnellement quelque chose et je prends ce type de Une comme une insulte à la mémoire de ceux qui se sont battus pour les autres, pour avoir une situation sociale longtemps enviée qu’on s’amuse à détruire depuis 30 ans (à ceux qui veulent la suppression de la sécu, soyez patient, vos enfants l’auront…la suppression), au lieu de la faire progresser. Car le progrès, il est bien dans l’humain, dans le social et pas ailleurs. Le conservatisme, il est bien dans des discours du 19ème siècle, comme ceux des Gattaz père et fils, des Seillières, le premier ayant eu au moins le mérite d’investir dans un créneau porteur d’une France en reconstruction. Car entre des syndicats dont la centrale a tendance a avoir une position de blocage systématique, et ceux qui croient que compromis signifie prendre la petite cacahuète qu’on vous laisse à l’apéro pendant que les autres se tapent le repas, et bien il y a d’autres voies syndicales, non caricaturées par cette presse corrompue par son mode de financement. Doit-on rappeler l’existence d’IG Metall, d’UAW? Entre le discours du MEDEF et une presse qui se moque des réalités et insulte, le résultat est une montée de l’exaspération et des clivages. Mais cela ne suffisait pas…

L’autoritarisme

Pour couronner tout ça, on nous a sorti monsieur 5% aux primaires socialistes, le premier ministre Manuel Valls, un petit arriviste égocentrique aux dérives mégalomanes. On connaissait son coté Attila dans des municipalités du Val D’oise, avant qu’il n’aille trouver un fief pour laver plus blanc. Mais voilà que l’ami molette a rajouté le Machiavel de l’ENA, Macron, un type intelligent mais qui n’a pas plus connu la réalité économique et sociale que ses ainés. Le premier utilise donc l’autoritarisme à géométrie variable (là encore, parlons des destructions des manifestants de la FNSEA par rapport aux casseurs non syndicaux des nuits debouts), détruit son propre parti pour mieux se relever sur ses cendres. Le second croit qu’il suffit d’écouter ses amis de la Finance, pour dire ce qu’est le courage et la dureté du travail. Il applique pas à pas tout ce qui est depuis des années dans les négociations néolibérales des lobbies à Bruxelles, dans TAFTA, et bientôt dans le TPP en Asie du Sud-Est, la nouvelle « Amérique du Sud des années 70 ». L’autoritarisme n’est pas dans le seul 49.3, mais dans le pourrissement des mouvements de contestation gênant l’autoritarisme financier. La spirale de la dette est telle, même en Allemagne, qu’elle conduit à une spirale de la pauvreté. Angela Merkel a relaché un peu de lest pour masquer la catastrophe et contenir l’extrême droite (Salaire minimum, augmentations dans la métallurgie…). Mais la France n’a pas la chance d’avoir une femme politique de cette trempe, quand bien même elle serait de droite. La violence de la loi EL Khomri s’exprime dans ses articles, pendant que la violence des forces de l’ordre revient des décénies en arrière. L’autoritarisme français de Valls est aveugle et sourd. Valls, Macron, Juppé, Sarkozy, Lemaire, Mariton, Le Pen …sont comme ceux qui gardent le sourire en sciant leur branche, fiers d’eux. Ils se moquent, attisent les haines, dressent les uns contre les autres, magnifient l’individu par rapport au groupe, ne sont qu’une aristocratie décadente, même s’ils jurent ne pas en être. Car il ne fallait pas non plus oublier les sénateurs qui suppriment les 35 heures, ce truc mal ficelé certes mais qui a eu un impact non négligeable sur des secteurs économiques, et qui ne fait pas oublier que la moyenne de temps de travail en France est de 37,5h (source eurostat/le Monde), soit plus que le Danemark, l’Italie, l’Allemagne, le Royaume uni et la Finlande et proche de la moyenne européenne. L’analyse de ces chiffres montreraient d’ailleurs une misère sociale due à la sous traitance et aux faux statuts de travailleurs indépendants.

Et maintenant

Et bien tous les secteurs s’y mettent à la grève, chacun ayant l’espoir de grappiller une petite pièce avant 2017, comme c’est de tradition. Les profs, refuge autrefois du PS, ont droit à la leur. Les jeunes n’ont pas encore eu assez pour faire passer la pilule, qui a la taille d’un obus de 75 (hommage à Verdun sans doute). Mais le problème est que ça commence a être connu, comme méthode. Si l’individualisme est redevenu la valeur dominante, la charité de Hollande ne suffit pas à la faire taire. Pour la suite, il suffit de regarder ce qu’il se passe dans toute l’Europe aujourd’hui, même dans des démocraties à la situation économique en croissance et qu’on cite comme modèle. Mais pas sûr que cela se passe dans le même calme relatif. J’aurais la mémoire, ici même, de tous ceux qui ont craché sur nos tombes, nos vies, et qu’on enverra peut-être à nouveau sur l’échafaud dans la terreur qu’ils auront créé. Aujourd’hui ils sont rois, mais demain ?

ps : vous aimez le billet? partagez le, commentez. Vous n’aimez pas? commentez ici, apportez votre vision. Mais surtout exprimez vous, ne laissez pas votre parole être confisquée par d’autres.

19 réflexions sur “France : Trop c’est trop !

  1. c’est donc vous qui avez inventé la machine à lire dans les pensées, je croyais être en train de lire un condensé de ce que je pense depuis un moment déjà….
    il faut que l’état se méfie de la colère froide…

    1. Il se trouve que c’est une expression scenarisee de l’exaspération et de la violence ressentie donc ça illustrait bien le reste.

  2. C’est en lisant cet article (et ce blog personnel) que ça me rassure : la loi liberté d’expression en France est totale. Ouf. J’ai rarement lu autant de poncifs, d’approximations, de mauvaise foi dans si peu de phrases.
    Je suis rassuré les idiots ont toujours la possibilité de s’exprimer publiquement. 😉

    Ps :Pour les suspicieux, je n’ai jamais voté pour Hollande.

    1. Et moi je n’ai jamais lu de critique aussi peu argumentée et illustrée d’exemple. Absence de débat possible amenant notre situation

      1. Je pourrai donner des des arguments plus précis, mais ce serait trop long. La seule chose que je voulais souligner c’est que la parfaite liberté d’expression en publique et en privée s’exerce en France. 🙂 cf. Votre blog. 🙂
        Et c’est la base d’une démocratie, ne vous en déplaise.

      2. Quelle condescendance… La liberté d’expression est encore là mais bien différente de l’expression médiatique. Des sociologues, philosopheset grands auteurs ont analysé cela mais là, ça va être long, à vous montrer l’arbre qui cache la forêt.

      3. Je ne vois pas ce qu’il est interdit de dire dans les grands medias. D’ailleurs les dérapages des politiciens de gauche comme de droite sont fréquents. Si vous avez une idée « interdite », dites le sur une chaîne YouTube. N’allez pas vous plaindre que personne ne vous regarde, c’est que vos idées sont stupides. Bref la liberté d’expression existe bien.
        Les philosophes et sociologues que vous lisez n’ont pas la vérité absolue hein. Libre à vous de les croire.
        Et enfin pour mon ton condescendant, j’ai parcouru votre blog, c’est l’hôpital qui se fout de la charité ! Vous êtes extrêmement méprisant sur tous les sujets. 🙂

      4. Ah, enfin…. On va parler dans ce cas de quelques sujets pris au hasard. le traitement de l’affaire Cahuzac (très similaire à ce qui a été traité Dans Truth… Pour reprendre un autre pays démocratique) est il normal? Le traitement de Sivens longtemps présenté comme un barrage sans autres précisions, le traitement de la situation au Venezuela qui manque de nuance (mais ça vaut aussi pour l’humanité). Les sujets ne sont pas interdits, juste rapportés de manière partielle et partiale. Nous ne sommes pas sur une mécanique similaire à une dictature communiste non plus, puisque cela semble être votre terrain de comparaison.

        Je passe aussi sur tous les sujets qui tiennent de la promotion commerciale déguisée, pour les lobbies les plus importants. Vous allez me dire que c’est du patriotisme économique? Les choix éditoriaux de traiter des sujets anxiogènes bien plus que nécessaire, en employant des artifices de mise en scène(quasi 1 tous les deux jours sans les redifs), c’est parce que c’est vendeur pour la pub? Et lors du TCE, même s’il y a eu débat grâce à quelques dissidents, la presse était globalement derrière le OUi. Il a fallu quelques déclics pour créer le débat avec le résultat qu’on connaît . Je passe sur la loi électorale nouvelle version…je passe aussi sur les sondages et unes sur les candidats favoris qui se retrouvent montés en épingle en dehors de tout débat d’idée et équité de parole. Tout cela est décodé par d’horribles terroristes comme arrêt sur image, acrimed, et quelques journalistes qui font leur job ailleurs, mais rarement en télévision. Or, interrogez vos voisins, collègues sur ce qu’il reste comme Info dans leur tête le lendemain , elle vient souvent de la télé. Creusez le sujet avec eux, vous serez étonné.

        Je reste uniquement sur le terrain médiatique et non sur le terrain sécuritaire, et ses méthodes.

        Si vous me trouvez condescendant, c’est sans doute parce que vous vous sentez un peu trop visé par mes critiques. Arrêtons là les attaques personnelles. Quant aux médias je vous rassure, il en reste effectivement ailleurs, accessibles, et pertinents. Sauf qu’on peut discuter de l’adéquation accessibilité / votants. Pour suivre votre exemple, Sur une chaîne youtube, vous avez par exemple Dieudonne qui s’exprime et rencontre du succès car il a trouvé la formule. Mais qui touche-t-il par ses amalgames ?des personnes qui sont déjà éloignées de cette paroles quasi unique. En face on a les contradicteurs qu’il visé dans ses propos donc qui ne sont pas écoutés. Et puis on a ceux qui vont essayer d’expliquer que la vérité est plus entre les deux, que tout n’est pas simpliste. Et ça, c’est moins vendeur. J’avais pris bonjour tristesse aussi pour exemple à succès. Mais que reste t il derrière ? A-t-on envie de participer « démocratiquement » au changement ou pas? On peut s’interroger

      5. L’affaire Cahuzac mal traitée ? Bah le ministre socialiste de l’économie ment éhontement, les français sont choqués, la presse en parle beaucoup, il démissionne. C’est où le problème ?
        Informations partiales ? Oui ben lisez les medias de votre bord politique et ne lisez pas les autres. France TV (payé par nos impôts) est très à gauche par exemple. Tout le monde le sait. Au pire, accusez les journalistes, mais ne gémissez pas de liberté d’expression ou de défaut de démocratie. Acrimed, ASI sont très très partiaux. Renseignez vous aussi sur l’idéologie de plenel avec son mediapart. Bref tous les bords politiques sont présents, choisissez le votre. Si vous êtes aussi un Dieudonniste-soralien, effectivement je comprends mieux votre mentalité…
        En ce qui me concerne, je trouve que les medias ne disent pas que le groupuscule de nuit de boue est extrêmement minoritaire (quelques milliers de personnes VS 65 millions de français), et ils en ont fait la une pendant un mois.

  3. une chose est sûre, la démocratie en France en 2016, n’est plus qu’une fumée qui cache l’oligarchie de ceux de la France d’en-bas,…

  4. La triste réalité est qu’un ingénierie sectaire est à l’œuvre depuis belle lurette (Henri Guillemin révélait déjà il a longtemps que leur « démocratie » est au service de la PLOUTOCRATIE). Elle organise l’impunité d’élus et de magistrats, ce qui en fait des irresponsables très nocifs au « pouvoir ». Elle organise le déficit de formation ou obscurantisme, sur le système monétaire.

    Le fait est que des baffes se perdent.

    Je n’ai pas attendu que d’autres se révoltent pour m’insurger ! -> http://injusticiables.wordpress.com

    « Je me révolte donc nous sommes » – A. Camus – L’homme révolté

  5. Rien que les subventions accordées à la presse devraient interpeller les Français. Repeat after me : « L’état français donne des subventions à la presse »…
    Au passage on peut aussi noter que des syndicats ramassent aussi des subventions…
    C’est ça qu’il faudrait casser. La presse récupérerait peut-être ses lecteurs et les syndicats des adhérents et de la crédibilité. Mais qui oserait mettre à bas ce qui s’apparente à de la corruption ?

    1. Oui … enfin une bonne partie de la Presse appartient à des patrons du CAC40 , je vois mal les journalistes dirent du mal ou être en contradiction avec leur patron.
      Dans le Figaro aucune ligne sur Dassault…. et pourtant…

      Oui les syndicats reçoivent une sub de l’Etat (c’est la loi 1901 qui veut ça) et ça ne les empêchent pas de faire grève. Ah mais si tu te réfères à la CFDT c’est sûr que c’est « un bon élève »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s