europe

Europe : #BREXIT ou #FREXIT, de l’importance des libellés


Je me méfie toujours des sondages et difficile à cette heure de dire si l’Angleterre va dire Remain or Leave à l’Union Européenne. Mais quand on pose la question aux internautes français, on a des surprises.

le JDD s’est essayé à l’exercice à travers un sondage bidon, puisqu’on peut voter facilement plusieurs fois. Pas étonnant, alors de voir un tel résultat, gonflé par tous les mécontents.

frexit

Car si le résultat est très certainement faux, il dénote quand même une très large défiance vis à vis de l’UE. Je dis UE et non Europe car les médias et les politiques entretiennent volontairement un flou entre ces deux notions. Ainsi on range dans le même sacs les souverainistes et ceux qui veulent simplement une Europe des peuples et non de la Finance. Le référendum sur le Traité Constitutionnel Européen (TCE) avait , en effet, cristalisé ces deux notions souvent opposées idéologiquement. Idem pour le traité de Maastricht qui montrait déjà, pour qui prenait le temps de le lire en détail, le peu de cas que l’on faisait d’une unification européenne sur le terrain fiscal, social, ou même diplomatique. Si effectivement, la CEE s’est bâtie autour de l’Acier et du Charbon, c’était aussi autour d’un idéal annoncé de paix et de partage, une utopie, visiblement.

Aujourd’hui, l’Europe explose sur le seul sujet de l’immigration, oubliant son histoire passée, chacun pensant que le voisin lui dicte sa conduite, alors qu’en réalité, personne ne prend d’autre décision que celle qu’il veut bien : repousser le tas de sable, ignorer la source du problème et se barricader. La France ferait un référendum comparable à celui des anglais, que le résultat serait très similaire, dans cette course à l’individualisme. Le libellé serait lui aussi celui du JDD, ou bien encore ne parlerait que d’Europe, sans préciser ce qu’on y met derrière comme notion. Parlerait-on d’Europe Fédéral, comme certains s’y essaient en voulant la comparer aux USA? Parlerait-on d’un continent, d’une union commerciale, militaire façon OTAN ? Le libellé de ces questions entretient volontairement le flou, pour ne pas amener aux vraies questions. Car l’Europe, c’est aussi le bouc-émissaire des problèmes. Ce n’est pas la classe politique, l’oligarchie et les banques qui sont responsables de la gabegie grecque mais son entrée dans l’Europe, évidemment. Idem pour l’Irlande, le Portugal, sans doute. Oups, ça ne marche pas pour l’Islande qui n’en fait pas partie. D’ailleurs, son adhésion voulue en 2009 a été suspendue en 2015.  L’Europe a raté surtout une chose : Ne pas savoir montrer ses quelques réussites, et ne pas savoir sanctionner ceux qui la font dériver.

Toute sortie de l’Europe, d’un pays très intégré ou moins, est vue comme une catastrophe, sans qu’on sache finalement bien comment cela se ferait. En fait, le BrExit, s’il arrive, se négociera probablement comme un traité de Lisbonne à l’envers, par des accords pour remplacer certains traités européens, dans un processus à la longueur aussi indéfinie que celle du TAFTA. Et curieusement, ce qui paraissait infaisable pour la Grèce, devient un peu plus envisageable pour cette île toujours tournée vers le continent. A croire aussi qu’il fallait bien lire le libellé et que tous les pays européens ne sont pas vues de la même manière. C’est justement le sentiment général qui prédomine chez les derniers entrants, à l’est, vis à vis de l’Allemagne ou de la France, amenant jusqu’à des résurgences de l’histoire, de Napoleon à Hitler. L’Europe, façon UE, n’aura pas fait taire les nationalismes, endormis par les trentes glorieuses et le mirage de croissance, mais toujours bien là. Et on voit même des pays prêts à se diviser, comme l’Espagne, ….bien pire qu’un EuropExit.

6 réflexions sur “Europe : #BREXIT ou #FREXIT, de l’importance des libellés

  1. >Et on voit même des pays prêts à se diviser, comme l’Espagne

    Et en quoi est-ce un mal ? Dans les droits humains, on a la liberté des peuples à disposer eux-mêmes. On peut imaginer une explosion des états-nations pour construire une Europe fédérale des régions. Surtout que la Catalogne et l’Écosse sont europhiles ! Je conçois ici une forme de « nationalisme de gauche », que je déteste (je reste citoyen européen et du monde avant tout), néanmoins, c’est toujours mieux que son pendant xénophobe et haineux.

    1. Arf, je vois que ce projet est surtout porté par des partis ou des sites peu recommandables comme E&R ou l’UPR, et peu ou prou de pendant à Gauche… Pourtant ça collerait bien à une vision de « souveraineté populaire » et de subsidiarité tant défendu chez les rouges-verts.

    2. Reste encore à savoir pourquoi cette volonté de division. Ici il s’agirait plus d’une vision individualiste, à savoir ne pas partager les richesses avec les autres régions…Après il y a le poids de l’histoire que l’on met derrière mais sur ce principe on peut aussi discuter du régionalisme français et de la création de notre pays.

      1. > Psst, tu parles de quel projet?

        Pour la souveraineté populaire, cf leur discours (suffit de voir la dernière campagne de Mélenchon). Pour l’extrême droite, tape « europe fédérale des régions ». Oui… Je sais que pour l’Ecosse, c’est qu’ils sont socio-démocrates, alors que les anglais sont conservateurs, et veulent donc faire le progrès social sans avoir de bâtons dans les roues. Pour la Catalogne, je connais moins bien. Après, une Europe fédérale dira forcément partage des richesses !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s