France : Hollande, Valls, et autres pacotilles


Il est parfois facile de tirer sur l’ambulance….Mais d’ambulance, il n’y a point avec François Hollande. Et pourtant, on voudrait encore nous en resservir une tranche, façon Miterrand, le talent en moins.

Si on connaît sa manière de parler des « pauvres », si on connaît sa vision des footballeurs, etc… mais surtout son amour des petites piques pour se faire mousser au milieu d’un partère de journalistes prêts à vendre leur mère pour un scoop, on oublie un peu trop le passé de cet homme qui se voulait président. On oublie la figure du père, dont il ne peut totalement se détacher. Un père d’extrème-droite avec qui il ne coupera jamais les ponts. On a beau dire, ça laisse des traces dans une vision de l’autorité, des relations avec les autres. Doit-on y voir une résurgence lorsqu’il parle de l’immigration ? Sans parler de la pauvreté qu’on s’est toujours efforcé de cacher sous le tapis depuis des décennies…. 

Mais dans ce livre polémique sorti récemment et qui a été conçu pour faire le buzz, voir pour miner le terrain d’une campagne afin de mieux préparer le terrain à quelqu’un d’autre, il y a d’autres confidences. Il y a notamment celle sur sa volonté de détruire les écologistes avec l’etat d’urgence pendant la COP21. On ne peut faire que le parallèle entre ce moment et les manipulations identiques qui eurent lieu avec la gauche pendant la loi travail. C’était un secret de polichinelle mais combien ont soutenu que non, ce n’était pas voulu… On parlait d’un homme de synthèse, qui voulait réunir la gauche mais c’est oublier que sa synthèse a déjà failli détruire le PS pendant sa direction. Oui, dès 2011, je rappelais le parcours pavé de mauvaises intentions de cet homme qui tient plus de Brutus que de César. Aujourd’hui, la belle machine qui nous l’a imposé, semble grippée, ou regarder ailleurs. Il est clair qu’à vouloir un parti à sa botte, comme l’avait fait Miterrand avec moults trahisons, est le but de François Hollande. Le refonder comme Mitterrand est un de ses rêves. Mais le talent n’étant pas là, c’est une entreprise de dynamitage sans espoir de reconstruction.

Son héritier est bien Valls, autre destructeur…. Mais aussi Macron qui enfin affiche la vision libérale, conservatrice (si si…, regardez qui le soutient) et passéiste que son mentor passager nous cachait (à peine).  Plus on affiche progrès dans un nom de parti, moins il en est. Ça marche aussi pour les journaux, comme valeurs actuelles, d’ailleurs. Valls l’a déjà dit par le passé, qu’il voulait refonder un parti socialiste nouveau, qui n’en serait plus vraiment….de socialiste. Emmanuel Macron, l’arriviste téléguidé par ses pairs de la finance, n’est que dans la même posture, avec juste un peu plus d’ambition qu’un Valls grillé par Hollande. Mais à part de la destruction, que peut-on mettre au crédit de ces deux hommes. Même la Police, si chère à Valls et son allié Bauer, se révolte aujourd’hui, instrumentalisée non pas par lui mais par des sous-fifres qui en ont été viré. A jouer avec le FN, comme…. Mitterrand, on finit aussi par se brûler.

Si au moins il y avait eu une stature, des relations internationales avec un partenaire, comme autrefois Mitterand avec Kohl. Non, rien que des instincts belliqueux,  des ventes d’armes avec le super VRP Le Drian. De quoi effectivement contenter des think tanks US aussi faucons qu’Hillary Clinton pourra l’être avec l’establishment de Washington. Malgré tous les efforts du quai d’Orsay, la France n’a pas réussi à retrouver sa voix, notamment au Moyen-orient, mais plus encore dans les zones moins en vues de nos médias, mais pourtant plus importantes pour l’avenir de la planète (rendez vous ici le 16 novembre pour l’épilogue….). Mais n’oublions quand même pas que ceux qui se présentent sur d’autres étiquettes, sont aussi coupables de la situation, que enclins à des relations sulfureuses avec des dictatures ensanglantées. A tout cela, on nous répond par des petites phrases, des pacotilles pour amuser les enfants que nous sommes. On parle unité, rassemblement, en clivant, en divisant, en faisant même croire que la France accueille des millions de migrants, réfugiés quand le moyen-orient ou la corne de l’Afrique ne ferait rien?  Non, monsieur Dupont-Aignan mais aussi messieurs Hollande, Valls, il faut dire la vérité, parler des millions de personnes sur les routes de NOS guerres et qui trouvent d’abord refuge dans les pays frontaliers. Car eux ne sont pas de ces pacotilles….

Si PS  ils ne veulent plus, soit, qu’ils en laissent l’étiquette à ceux qui veulent le faire vivre. Attila avait au moins un talent, celui de conquérir,  en plus de détruire ses ennemis. Et Mitterrand celui d’avoir de la culture et du goût. De ce quinquennat que j’avais prédit catastrophique en 2011, il ne restera que les prémisses du pire. Et il ne sert à rien d’attendre homme ou femme providentielle, quand la providence, c’est nous qui l’avons fait fuir, à jouer avec nos babioles connectées. Qu’importe 2017, son résultat, sa présidente ou son président. Il faut déjà regarder ailleurs. Adieu…

Advertisements

Une réflexion sur “France : Hollande, Valls, et autres pacotilles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s